profanation-gothique-cimetière


morgan-priest-487987Alors le Morgan Priest ? Elle est licite cette profanation de cimetière réalisée par des jeunes paumés de moins de 15 ans et manipulés par le satanisme de cette mouvance ténébreuse, qu’est la mouvance gothique ? On aimerait bien qu’il nous explique si ces crucifix renversés, brisés et profanés par des gothiques sont de nature à confirmer nos propos sur cette secte satanique, ou les siens propres qui, rappelons-le, minimisent, voire absolvent totalement ce sacrilège assimilé à une plaisanterie de mauvais goût exempte de toute idée subversive anti-traditionnelle.
Il ne faut pas non plus en faire une affaire d’État, ce ne sont que des mineurs perdus dans un monde déspiritualisé, auxquels il faudrait juste un cadre familial sain malheureusement introuvable de nos jours dans cette modernité décadente.


Les trois adolescents devront être présentés à un juge des enfants en vue d’une mise en examen pour « violation de sépulture », un délit passible, pour les mineurs, de six mois d’emprisonnement.

Trois jeunes de moins de 18 ans suspectés d’avoir profané une quarantaine de tombes chrétiennes dans le cimetière de Labry (Meurthe-et-Moselle) ont été interpellés, a annoncé mardi 4 août le procureur de la République de Briey. Des « crucifix retournés ou brisés et une plaque funéraire dégradée » y ont été découverts, a annoncé lundi soir le ministère de l’Intérieur.

Des motivations « gothiques »

Les trois mineurs interpellés sont une fille de 12 ans et deux garçons de 14 et 15 ans. Les jeunes suspects, aux motivations « gothiques » selon le procureur, ont reconnu les faits. L’adolescente, qui selon les enquêteurs ne serait pas entrée dans le cimetière, a été simplement entendue, tandis que les deux garçons ont été placés en garde à vue, a précisé le magistrat.

Les trois adolescents, qui habitent dans les environs de Labry, devront être présentés à un juge des enfants en vue d’une mise en examen pour « violation de sépulture », un délit passible, pour les mineurs, de six mois d’emprisonnement.