Voici encore une fois la preuve du décalage phénoménal, du gouffre sans fond qui sépare les élites bobos parisianistes de la population française. Ce spectacle qui a pourtant reçu une tonne de récompenses ainsi qu’une critique essentiellement dithyrambique se voit contraint d’annuler sa tournée pour défaut de public. Personne ne veut aller voir se trémousser sur une scène, semble-t-il, des hommes musclés habillés en danseuses du Moulin-Rouge  ! D’aucuns n’hésiteront pas à crier à l’homophobie et pourquoi pas obliger bientôt les récalcitrants à acheter leurs places et applaudir à tout rompre chaque scène de ce « spectacle »…


La tournée de la comédie musicale « Priscilla Folle du désert », adaptation pour la scène du film éponyme (1995) de Stephan Elliot avec Terence Stamp, et qui devait débuter fin janvier, est annulée car « elle n’a pas rencontré son public en province », ont annoncé les producteurs.

Film culte de la communauté gay, « Priscilla Folle du désert », ode à la tolérance, met en scène trois drag-queens confrontées à l’homophobie ordinaire alors qu’elles traversent le désert australien au volant d’un bus baptisé « Priscilla ».
Succès critique et public à Paris« En raison de la complexité technique du spectacle, d’une conjoncture sociale et économique défavorable, cette comédie musicale souffre de ne pas rencontrer son public en province, nous sommes donc au regret d’annoncer l’annulation de la tournée », a indiqué la société Cheyenne Productions dans un communiqué.Succès critique et public à Paris avec quelque 150 représentations, la comédie musicale avait été créée en 2017 sur la scène du Casino de Paris. Le film, comme la comédie musicale, égrène les plus grands tubes disco des années 70 et 80 dont « It’s raining men », « I will Survive » ou « Finally »…