Cette mise sous mandat de dépôt du moudjahid Lakhdar Bouregâa est une erreur symbolique lourde que le régime actuel aura du mal à assumer surtout quand on sait qu’elle vise une personne à un âge aussi avancé. D’autant que la télévision officielle n’a pas hésité à diffamer gravement ce résistant historique d’une manière grossière et pathétique.

Cette bourde démontre à quel point le régime est en panique et ne sait plus quoi faire. Il est vrai que la situation est compliquée pour eux car comment essayer de se maintenir au pouvoir lorsque 10 millions d’Algériens sortent chaque vendredi crier haut et fort que le régime est corrompu et qu’il doit dégager ?


Le moudjahid Lakhdar Bouregâa a été mis sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal de Bir Mourad Raïs à Alger.

Le commandant Bouregaâ, 86 ans, est accusé notamment d’atteinte au moral des troupes de l’ANP et outrage à corps constitué, rapportent les télévisions privées.

Le moudjahid Lakhdar Bouregaâ, interpellé samedi 29 juin, a passé la nuit dans un centre sécuritaire sur ordre du procureur militaire, avait indiqué sa famille.

Âgé de 86 ans, il a été emmené la veille, vers 14 heures à bord d’un véhicule utilitaire sans qu’il ait le temps de prendre ses médicaments ni qu’il puisse changer ses vêtements. Il ne portait alors que sa gandourah et une savate !

Ce matin, les mêmes personnes, rapporte l’activiste Fodhil Boumala, qui se sont présentées la veille à son petit-fils comme comme étant des membres des services de sécurité à bord du même véhicule, sont revenus récupérer sa pièce d’identité nationale, ses médicaments et ses vêtements.

Acculés par la famille, qui voulait savoir où a été emmené le commandant Bouregaâ et sur ordre de qui il a été arrêté, ils ont fini par lâcher que le « moudjahid était en interrogatoire » et qu’ils « n’appliquaient que les ordres » qui seraient venus « du procureur militaire » et que les « choses allaient se clarifier » en cours de journée.


Photo d’illustration : Commandant Lakhdar Bouregaâ – Archives

HuffPost Algérie – Rédaction

30 juin 2019