C’est toujours la même stratégie  qui est utilisée par ces prédateurs pédophiles : faire semblant d’entreprendre des actions humanitaires, si possible envers des enfants, afin de pouvoir les approcher plus facilement et les violer en toute impunité. C’est exactement ce que faisaient Jeffrey Epstein et Bill Clinton en Afrique ainsi que beaucoup d’autres philanthropes pédophiles. N’est-ce pas merveilleux, il nous montre un masque de générosité et d’humanisme et pendant ce temps un véritable démon s’active en coulisses.


La justice du Népal a condamné mardi un Canadien pour pédophilie.

Peter John Dalglish, arrêté l’année dernière, écope de deux peines distinctes de 9 et 7 ans de prison.

Deux peines pour deux victimes, de jeunes garçons de 12 et 14 ans au moment des faits.

En apparence, John Dalglish était un parfait altruiste. Le Canadien fonde un réseau d’aide international pour les enfants des rues dans les années 1980, puis devient responsable d’un programme d’aide aux enfants du Népal, avant de prendre la tête du bureau Habitat des Nations unies en Afghanistan en 2015.

Un travail récompensé en 2016, quand il est décoré de l’Ordre du Canada, l’une des plus importantes distinctions civiles du pays.

Pendant son procès, John Dalglish s’est d’ailleurs appuyé sur ce passé d’humanitaire reconnu pour se défendre. En plus de nier les faits, le soixantenaire a assuré n’avoir qu’un but : œuvrer pour le bien-être des gens à travers le monde.

Cet argument n’a pas convaincu les juges dans un pays qui tente de renforcer sa lutte contre les pédophiles étrangers. Ces dernières années, plusieurs condamnations emblématiques ont été prononcées, dont une contre un Français reconnu coupable de viol sur une dizaine d’orphelins népalais, il y a 10 ans.

En plus des deux peines de prison, John Dalglish va devoir verser l’équivalent de 4 500 dollars à chacune de ses victimes, dont l’une était le fils d’un de ses domestiques. Il a promis de faire appel.


Photo d’illustration : une rue de Kathmandou, la capitale du Népal (Image d’illustration). © Sylvain GRANDADAM/Gamma-Rapho via Getty Images

RFI

10 juillet 2019