EDF_LUMINUS
EDF Luminus est une filiale belge de l’électricien. Belpress/MaxPPP/Jean-Luc Flémal.

C’est à peine croyable mais c’est pourtant la réalité, EDF licencie maintenant par téléphone, bientôt par SMS. Bien sûr, c’est une simple « maladresse », c’est l’action d’un salarié indélicat… bla bla. En réalité, tout ceci démontre à quel point les rapports humains à l’intérieur des grandes entreprises se sont détériorés ces deux dernières décennies.


Une filiale belge d’EDF a appelé, jeudi dernier, plusieurs de ses salariés pour les informer de leur licenciement.

La direction du groupe évoque une « maladresse ».

« Allô ? Je te laisse un message pour te dire que ce n’est pas la peine de venir au travail demain. » Jeudi dernier, quatorze salariés des services informatique et de vente de Luminus, une filiale belge d’EDF, ont été informés de leur licenciement. Problème : pour au moins cinq d’entre eux, la direction de cette entreprise de 900 personnes, spécialisée dans la production d’électricité, a estimé qu’un simple coup de fil ferait l’affaire. Certes, le secteur de l’énergie traverse une mauvaise passe, le chiffre d’affaires ayant baissé de 15 % en moyenne par rapport à l’année précédente. En cause ? Une chute vertigineuse des prix du mégawattheure (MWh). Mais ces messages passent mal.

« Ce jour-là, je ne travaillais pas, raconte l’un d’eux. J’étais chez moi quand j’ai vu que mon chef m’avait laissé un message. Je n’en suis pas revenu. Il m’expliquait de façon très mécanique, comme s’il lisait un texte, que mon contrat prenait fin ce jour pour raisons économiques. » Le lendemain, une lettre recommandée lui confirme la nouvelle. « Je n’en veux pas à mon chef, reprend-il. Je sais qu’on l’a forcé à procéder de la sorte. Mais, pour certains de mes collègues, ça a été beaucoup plus rude. Après le coup de fil, ils ont carrément retrouvé leurs affaires dans un carton déposé à l’accueil alors que leur casier était censé être fermé à clé. »


Les syndicats s’emparent de l’affaire

L’un des principaux syndicats du secteur, Gazelco, parle, lui, de « terrorisme social ». « Nous redoutons que ce ne soit qu’un galop d’essai, estime pour sa part Antonio Murillo Calvo, de la branche Bâtiment industrie énergie (BIE) du syndicat CSC. Avant de généraliser cette méthode à d’autres licenciements dans l’entreprise. » A quelques centaines de kilomètres de là, la direction du groupe, avenue de Wagram à Paris (VIIIe), que nous avons jointe ce mercredi, a finalement reconnu des « maladresses », après avoir démenti que des salariés aient pu être informés de leur licenciement par téléphone. […]


Erwan Benezet – Le Parisien