Procès Lagarde : un directeur de Bercy charge Nicolas Sarközy et François Fillon

Partager

bruno-bezard-ancien-directeur-general-du-tresor-arrive-au-palais-de-justice-de-paris-le-14-decembre-2016_5764281

Bruno Bézard, ancien-directeur général du Trésor arrive au palais de justice de Paris le 14 décembre 2016


Belle surprise. On savait que le Sarközy était un habitué des affaires bizarres, des magouilles les plus diverses mais F. Fillon gardait une image de type sérieux et honnête ce qui, au passage, ne concorde pas avec la réalité puisqu’il a été le premier ministre de Sarközy pendant 5 ans et compagnon de route encore plus longtemps. Bref, le cheval gagnant de la droite se retrouve cité dans le procès de l’affaire Tapie/Lagarde, ce qui est un excellent présage pour sa carrière de présidentiable…


Selon Bruno Bézard, qui dirigeait en 2008 l’agence des participations de l’Etat, l’arbitrage favorable à Bernard Tapie a été imposé par les plus hautes sphères de l’exécutif.

Christine Lagarde, qui se trouvait un peu trop seule sur le banc des accusés, a sans doute ressenti un certain soulagement pour le troisième jour de son procès devant la Cour de justice de la République à l’écoute du témoignage de Bruno Bézard.

En 2008, quand elle a permis à l’homme d’affaire Bernard Tapie d’empocher 403 millions d’argent public pour le litige qui l’opposait au Crédit lyonnais, ce dernier était le directeur de l’agence des participations de l’État (APE), en charge des intérêts de la puissance publique.

L’arbitrage, « la pire des solutions »

Il s’opposait alors fermement à ce que l’État abandonne la voie judiciaire classique au profit de la procédure d’arbitrage privée qui s’est révélée si favorable à l’homme d’affaires. Cette option était « une libéralité qui n’avait aucune justification », un choix « extrêmement dangereux » et « la pire des solutions », a-t-il encore dénoncé ce mercredi.

Ses notes pour la ministre de l’Économie peinaient à passer le filtre du cabinet dirigé par Stéphane Richard, qui a pour sa part refusé de témoigner, comme il en a le droit car il est mis en cause dans le volet pénal de l’affaire. Stéphane Richard, aujourd’hui patron d’Orange, voulait selon Bruno Bézard « quoiqu’il arrive aboutir à un arbitrage » en raison de sa « compréhension assez poussée des intérêts de M. Tapie. »

Christine Lagarde reste stoïque  

Quand tombe la sentence en juillet 2008, l’APE veut batailler en justice pour la contester. Ce que Christine Lagarde refuse au motif qu’il y a très peu de chances qu’un recours aboutisse. « … même si nous n’avions qu’une chance sur mille de gagner », il fallait pourtant le tenter, a assuré Bruno Bézard.

La charge est d’autant plus violente qu’elle est assénée en termes très choisis par ce haut fonctionnaire qui a vu passer treize ministres au fil de sa carrière. Mais celle qui est devenue directrice du FMI en 2011 après la démission de Dominique Strauss-Kahn l’a encaissée sans réaction apparente.

« L’appareil d’État » mis en cause

Bruno Bézard, qui travaille aujourd’hui pour un fonds d’investissement franco-chinois, ne considère pas que Christine Lagarde est seule coupable. Confirmant ce qu’elle a dit aux juges, il a assuré qu’elle n’était pas au courant des dernières manipulations de la procédure d’arbitrage, qui ont permis à Bernard Tapie de toucher un pharaonique « préjudice moral » de 45 millions d’euros.

Si l’arbitrage, aujourd’hui soupçonné d’être un colossal détournement de fonds, a été choisi, c’est parce qu’une « bonne partie de l’appareil d’État allait dans ce sens », a-t-il dénoncé. Se montrant très précis: « les membres du gouvernement, Matignon, la présidence de la République » et leurs proches conseillers.

En 2007 et 2008, François […]

L’Express / AFP 

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)