Ce qui est incompréhensible, c’est le fait de vouloir construire le Grand Paris sans avoir l’argent nécessaire à ce gigantesque projet, du reste inutile ! Ceci démontre encore une fois la très mauvaise gestion de ces gigantesques projets qui finissent souvent par des gaspillages inouïs. D’autant que l’on sait tous que le BTP en France est tenu par les loges maçonniques et que très souvent le devis initial de 2 milliards atteint, les avenants aidant, les 5 voire 6 milliards ! C’est une constante économique typiquement française que l’on peut constater dans de très nombreuses affaires de détournement d’argent public et de financement illégal de partis politiques.


L’examen en première lecture du projet de loi de finances s’est clôturé vendredi avec l’augmentation de la taxe séjour et de la taxe sur les bureaux en Île-de-France 

La veille du déploiement des gilets jaunes, la fabrique à taxe tournait encore à l’Assemblée. Vendredi, près de 150 millions d’euros d’impôts nouveaux ont été votés pour financer les travaux du Grand Paris Express. Dans la foulée du rapport de Gilles Carrez (LR) qui a posé début septembre le constat d’un manque de 200 à 250 millions d’euros de financement pour la Société du Grand Paris, les députés ont adopté deux amendements au projet de loi de finances durcissant la taxe séjour et la taxe francilienne sur les bureaux.

Cosigné par le député du Val-de-Marne et du rapporteur (LREM) du […]


 L’Opinion