antonin-levy


Vous avez dans cet article la présentation de la carrière de Monsieur Antonin Lévy avec un chapitre très intéressant concernant sa formation religieuse. Il est très curieux d’ailleurs de rattacher le maniement du verbe dans les prétoires à la tradition juive. On imagine qu’il parle ici du fameux pilpoul, technique dialectique, à laquelle il aura été initié dès son jeune âge et durant huit longues années, qui consiste à dire une chose et son contraire, à s’entraîner à défendre à la fois et successivement la thèse et son antithèse, avec les mêmes convictions et vigueur.

Quant à la mise en scène médiatique de cet avocat dont nous imaginons déjà le futur radieux, on ne peut que s’esclaffer devant ses photos au brushing impeccable et au regard d’acteurs hollywoodiens des années 30…


ORIGINE

C’est en décembre 1980, à Paris, que naît Antonin Balthazar Solal Lévy. Quelques mois plus tôt, son père Bernard-Henri Lévy avait épousé Sylvie Bouscasse. Mais l’union entre la figure la plus médiatique des « nouveaux philosophes » et l’éditrice ne tiendra pas, malgré le patronage de François Mitterrand, témoin du mariage. Fils unique, Antonin Lévy a néanmoins une demi-sœur, la romancière Justine Lévy, issue du premier mariage de l’intellectuel.

ITINÉRAIRE

Science-Po, université de New York, Paris II : après un parcours académique flatteur, Antonin Levy est élu secrétaire de la Conférence (2007), concours d’éloquence des futurs as du barreau. Spécialisé en droit des affaires, il intègre le cabinet de Jean-Michel Darvois avant de rencontrer son premier mentor, François Sureau. C’est auprès de lui qu’il forge son souci pour la défense des étrangers : il fonde en 2013 l’association Pierre Claver qui assiste les demandeurs d’asile.

POLITIQUE

S’affichant clairement à gauche, celui qui est devenu l’associé du cabinet d’Oliver Metzner en 2011 croise la route de François Fillon l’année d’après, en pleine guerre contre Jean-François Copé pour le contrôle de l’UMP. Six ans plus tard, l’ex premier ministre pense à lui pour préserver son avenir politique face au « Penelope Gate ».

JUDAÏSME

Dans un portrait que lui a consacré Libération en 2013, l’avocat désormais associé au cabinet Hogan Lovells voit dans ses origines juives une des sources de son intérêt pour le maniement du verbe dans les prétoires. Une tradition à laquelle il a été initiée par des cours « pendant huit ans » dans sa jeune enfance.

 LA PHRASE

« Sa permanence, quand on souhaitait voir François Fillon député de la Sarthe, c’était à son domicile » (RTL).

Actualité juive