La guerre de trollage subversif sur les réseaux sociaux contre la révolte populaire algérienne du 22 février est à son comble. Des robots créent des milliers de nouveaux et faux comptes pour troller, insulter, diffamer, mentir et essayer de déstabiliser le mouvement. Le régime en place corrompu n’a pas lésiné sur les moyens et a dépensé sans compter en passant par des centres en Égypte ainsi qu’aux Émirats arabes unis selon la presse US. Malheureusement pour eux, cela n’a pas fonctionné et ne fonctionnera jamais car il en faudra beaucoup plus pour égratigner le moral d’acier de ce peuple exemplaire ! Il faut se rendre à l’évidence, le règne militaire des traîtres à la solde de l’étranger tire à sa fin. Point ! Préparez vos valises et quittez le pays à moins de vouloir finir vos jours à El Harrach…


Au cours des mois de manifestations antigouvernementales, une bataille d’information en ligne se déroule en Algérie.

Les manifestants tentent d’éliminer les trolls agaçants – surnommés « mouches électroniques ». Le chef de l’État par intérim du pays nord-africain a récemment annoncé que des élections auraient lieu en décembre. C’est le dernier tournant d’une année de drame politique qui a débuté en février et qui a conduit en avril à la démission du président de longue date du pays. Mais les manifestants qui souhaitent de nouvelles réformes ont continué à descendre dans les rues – et la lutte pour l’avenir du pays a été particulièrement agitée sur les médias sociaux, inondés de désinformation et de fausses informations.

Que se passe-t-il exactement en Algérie ?

Le 22 février, des milliers d’Algériens ont manifesté contre la décision du président Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat. Il occupait la présidence depuis 1999. Les troubles ont pris le régime par surprise. « Nous n’avions pas assisté à ce genre de manifestations depuis les années 1990 », a déclaré Dalia Ghanem, une chercheuse résidente du Carnegie Middle East Center à Beyrouth.



Dans une tentative de contrôler la diffusion d’informations sur les manifestations, l’accès à Internet a été perturbé dans plusieurs régions du pays, selon NetBlocks, une organisation qui surveille la liberté de l’Internet.

Sous la pression, M. Bouteflika a finalement démissionné en avril, mais cela ne suffisait pas pour apaiser la colère des manifestants face au « pouvoir » – en anglais, « the power that be » – la clique de généraux, d’hommes d’affaires et de politiciens du parti au pouvoir a pendant des années entouré le président. « Ensuite, une deuxième phase de la cyberguerre a commencé », a déclaré Raouf Farrah, l’un des fondateurs du Collectif de la jeunesse activiste, l’un des mouvements qui ont participé aux manifestations. Il affirme que les opposants aux manifestants ont riposté « en engageant des trolls [sur Internet], qui ont répandu de fausses informations avec de faux comptes ».

Que sont les « mouches électroniques » ?

Les manifestants utilisent le terme « mouches électroniques » pour décrire les comptes ressemblant à des trolls diffusant des messages en faveur du gouvernement ou de l’establishment. Des slogans de protestation ont été écrits à leur sujet et leurs actions ont été relatées par les médias locaux.



La page Facebook du Collectif de la jeunesse activiste a été l’une de leurs nombreuses cibles. « Vous verrez des trolls commenter négativement notre page et [appeler] le mouvement … de tous les noms possibles », a déclaré M. Farrah. Il explique que les comptes utilisés par ces « mouches électroniques » partagent souvent un certain nombre de caractéristiques d’activité coordonnée : ils ont été créés après le début des manifestations, ils ont moins de 100 amis et ils ont tendance à répéter les mêmes commentaires à travers un groupe. 


Des manifestations antigouvernementales ont eu lieu tous les vendredis.  © GETTY IMAGES

« Ils ne font que créer ce bruit agaçant et tentent de détourner le débat », a déclaré Carolyn Lamboley, de BBC Monitoring, qui analysait les « mouches électroniques ». « C’est juste pour créer une sorte de » pollution « . » BBC Trending a identifié les comptes correspondant à ce type de comportement. Mais il est difficile de savoir si les personnes qui gèrent ces comptes agissent de leur propre initiative ou si elles font partie d’une campagne organisée.

De quoi parlent les « mouches électroniques » ?

Les commentaires et les articles publiés par « les mouches électroniques » semblent se concentrer sur un petit nombre de sujets, visant principalement à saper le mouvement de protestation. L’une est vue sous « l’angle du complot », a déclaré Mme Lamboley : « Cette idée qu’il existe un parrainage étranger derrière les manifestations, que celles-ci pourraient être poussées ou parrainées par des puissances extérieures » La France, ancienne puissance coloniale en Algérie, est souvent « un bouc émissaire facile », a-t-elle déclaré. De nombreux autres commentaires publiés par les « mouches électroniques » suggèrent qu’il existe toujours un large soutien populaire pour M. Bouteflika et l’armée.


L’ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika a été photographié en mai 2017. © GETTY IMAGES

« Parfois, il y a des choses vraiment étranges comme « Vive l’armée »  » a déclaré Mme Lamboley. « Et cette phrase est copiée et collée douze fois dans un même message, de sorte que cela ne ressemble pas à un comportement humain [normal]. » D’autres messages jouent sur les tensions entre les différents groupes ethniques algériens.

Qu’en est-il des fausses nouvelles ?

Au moment même où les mouches électroniques sont apparues, de nombreuses fausses nouvelles ont été publiées en ligne et rapidement diffusées sur les réseaux sociaux. « C’est devenu un site de lutte entre les manifestants et les autorités parce que beaucoup d’Algériens obtiennent leurs informations de Facebook », a déclaré Omar Al-Ghazzi, professeur adjoint en médias et communication à la London School of Economics. Au milieu de ce climat d’incertitude politique, une page Facebook a été créée pour démystifier les fausses informations sur l’Algérie : Fake News DZ.


Fake News DZ est suivi par plus de 70 000 personnes sur Facebook.  © FACEBOOK

« Lorsque les manifestations ont commencé, certains de mes amis et moi-même avons constaté une augmentation du nombre de fausses informations publiées », a déclaré Nassim, l’un des créateurs de la page. Nassim est un informaticien algérien basé à Paris et, malgré son manque de formation en journalisme, il a déclaré que démystifier les fausses informations pendant son temps libre pouvait être un travail assez facile – « aussi facile que de faire une recherche sur Google ».


Depuis la création de la page en avril, Fake News DZ (« .dz » est le domaine Internet de premier niveau de l’Algérie) a déclaré avoir démystifié plus de 300 fausses nouvelles. Beaucoup étaient anti-manifestation. Parmi eux figuraient des informations selon lesquelles il n’était plus nécessaire de manifester et que l’Algérie prospérait après le départ du président. Nassim a expliqué que la plupart des fausses informations politiques provenaient de l’anti-manifestation ou semblaient avoir pour but « de créer des divisions entre les manifestants ». Cependant, d’autres histoires suggèrent que certains partisans de la protestation ont également déployé des tactiques de désinformation. « Au cours de l’été, où les manifestations ont été moins massives (…), nous avons vu des personnes partager des photos des manifestations en disant :  « C’est ce qui s’est passé aujourd’hui », alors que c’étaient d’anciennes images, de vieilles manifestations », a déclaré Nassim à BBC Trending.


Les manifestants arrachent un grand panneau publicitaire avec une photo de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika. © GETTY IMAGES

Que font les Algériens de tout cela ?

Un certain nombre de politiciens de l’opposition ont condamné l’utilisation de fausses informations et de mouches électroniques contre le mouvement de protestation, suggérant que l’establishment politique pourrait être tenu pour responsable d’une telle tactique. Rien ne prouve que le gouvernement ou l’armée participent directement à une campagne de désinformation. Ni l’ambassade d’Algérie au Royaume-Uni ni le ministère algérien de la Communication n’ont répondu aux demandes de commentaires de la BBC sur cet article. Les politiciens du parti au pouvoir ont parfois accusé les médias algériens de se lancer eux-mêmes dans des « tentatives de désinformation ». L’Algérie occupe actuellement la 141e place du World Press Freedom Index, publié chaque année par le groupe Reporters sans frontières.


Un porte-parole de Facebook, a déclaré à BBC Trending : « Nous ne voulons pas que notre plateforme soit utilisée pour manipuler les gens, et nous travaillons de manière agressive pour lutter contre la propagation de la désinformation ». La société a indiqué qu’elle supprime les pages et les profils utilisés de manière coordonnée pour diffuser la désinformation. En une période de trois mois, au début de cette année, il a éliminé 2,2 milliards de faux profils.



17 September 2019


Titre original en anglais : Algeria protests : how disinformation spread on social media
Traduction : Lelibrepenseur.org