Nous voici avec la preuve des connivences entre politiques dont le seul et unique lien commun à tous est la franc-maçonnerie hypocrite et criminelle. Nous voici devant l’Histoire, devant la réalité et n’est-elle pas sublime ? Les politiques de « gôôche » ont tombé leur masque et nous les découvrons sous leur véritable nature: de vulgaires salariés des banksters. Nous y voilà…

Pendant la crise, au moment où les banksters étaient fragilisés et au bord de la banqueroute, nos gouvernants ont injeté des milliers de milliards d’euros sans aucune contre-partie ! On les avait, tels des loups, piégés mais nos laquais des banksters qui nous servent de gouvernants n’ont rien fait, rien exigé !!! Un comble, une gabegie qui nous coûte aujourd’hui la prostitution de l’Irlande; suivront le Portugal, l’Espagne et pourquoi pas nous ? Et dire que l’Irlande a été obligée de « revoter » contre sa volonté initiale « pour » l’UE, tout ça pour se retrouver en FAILLITE voire de ne même pas se faire aider, car trop faible ! La blague du siècle…

Et si cette journée ne rassemble pas tout le monde espéré, qu’elle soit renouvelée jusqu’à l’écroulement complet de ces châteaux de cartes. Que ça brûle…

LLP

 

http://rutube.ru/tracks/3849062.html?confirm=ece347da4b887ee6bd1dc64fbe57659b&v=272d3f954092b39428739c7e8c653b9e


Citation de Jean Parvulesco :

« En même temps, il ne faut en aucun cas oublier que, mystérieusement, c’est en France et à partir de la France que la partie finale va devoir se jouer, parce que c’est ainsi qu’il en a été décidé « depuis les ultimes hauteurs des cieux ». Ce sera donc dans les soubassements inconscients d’une certaine France profonde, dissimulée, que réside la décision salvatrice, et peu importe alors l’état de la France, parce que des puissances d’un autre ordre vont avoir à y mener la « bataille finale ». Il est donc urgent que les nôtres – quel que soit leur nombre – se rassemblent déjà, et se tiennent prêts à se saisir de la grande vague montante. »

« La troisième guerre mondiale est commencée », Rébellion, n° 26, septembre-octobre 2007.