Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Dégénérescence

Que pensait à votre avis Castaner de la défiscalisation des heures supp en 2013 ? 

Nul besoin de commenter ce tweet de 2013 de Monsieur Christophe Castaner, l’actuel ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron. La défiscalisation des heures supplémentaires qui a été instaurée de toute urgence était à ses yeux une catastrophe économique et sociale ! Y a-t-il encore des hommes politiques en France qui ont des convictions appuyées sur des analyses économiques ? Il semble que non puisque nous sommes gouvernés par des girouettes…

Dégénérescence

Bernard Faucon, artiste pro-pédophilie, relayé par l’art contemporain à la Galerie Agathe Gaillard 

Les photographies de Bernard Faucon, un artiste pro-pédophilie qui œuvrait dans les années années 70-80, ont été exposées par la galerie renommée d’Agathe Gaillard. Pour elle, il ne fait aucun doute que Faucon est un pédophile, mais défend sa sexualité « étrange » en prétextant que les années 70-80 ne voyaient dans cette pratique sexuelle aucun caractère pervers. En tout cas il a reçu en 1989 le Grand Prix national de la photographie (Ministère de la culture, Jack Lang) et a eu droit en 2006 à une rétrospective à La Maison Européenne de la Photographie (Mairie de Paris, Bertrand Delanoë). Parmi les galeries qui exposent sans sourciller cet artiste sulfureux, on peut noter celle de Patrick Gutknecht (Paris/Genève). Pour l’anecdote son assistant, un certain Renan Prévot, « artiste interprète », m’a accusé de « déformer une époque », de « vider de son sens » les photos de Bernard, et de m’ériger en « chevalier vengeur ». Pour finir, il trouve « vulgaire » les médias qui osent colporter cette accusation de pédophilie. Un comble… Lien vers ma vidéo titrée « Zoophilie, pédophilie… Libération ! »: https://www.youtube.com/watch?v=8b7vz…

À la une

Le carnaval perpétuel par Pierre-Yves Lenoble 

« (…) il y a invariablement, dans les fêtes de ce genre, un élément « sinistre » et même « satanique », et ce qui est tout particulièrement à noter, c’est que c’est précisément cet élément même qui plaît au vulgaire et excite sa gaieté : c’est là, en effet, quelque chose qui est très propre, et plus même que quoi que ce soit d’autre, à donner satisfaction aux tendances de l’ « homme déchu », en tant que ces tendances le poussent à développer surtout les possibilités les plus inférieures de son être », R. Guénon (Symboles de la Science sacrée, Gallimard, 2007, p. 142).