Le gouvernement est en train de mettre en danger la vie des citoyens, citoyens qui pourtant cotisent beaucoup d’argent pour avoir des soins de qualité. Bravo à cette dentiste auxerroise courageuse.



Cette dentiste auxerroise refuse de se faire vacciner et se fait remplacer à partir de ce mercredi pour la continuité des soins de ses patients.

Elle s’oppose à l’obligation vaccinale et se dit prête à quitter son métier, si le gouvernement n’assouplit pas la mesure dans les prochaines semaines.

Cette chirurgienne-dentiste est installée à Auxerre. Cela fait des semaines qu’elle annonce chaque jour à ses patients son intention de suspendre son activité. Elle refuse de se faire vacciner par crainte des effets secondaires, d’abord en vue d’une grossesse l’année prochaine, ensuite parce qu’elle souffre déjà de migraines et craint des effets secondaires de ce type avec un vaccin anti-covid.

Un remplaçant pour deux mois

À partir de ce mercredi, la dentiste est remplacée pour une durée de deux mois. « C’est un miracle », commente la praticienne, « parce que tout dentiste qui part en vacances ou cède son cabinet dans l’Yonne ne trouve absolument jamais de remplaçant. » La solution, elle la doit à quatre dentistes qui vont s’installer en fin d’année et sont actuellement disponibles en attendant la fin des travaux de leur cabinet. Pendant ce temps, la dentiste raconte qu’elle devra trouver un travail alimentaire, probablement en intérim, pour subvenir à ses besoins.

La crainte de devoir vendre son cabinet

Mais une question se pose : comment faire après le 15 novembre, date à laquelle il faudra présenter un schéma vaccinal complet pour avoir le droit de continuer à exercer ? « S’il n’y a pas de modification, je serai obligée de vendre le cabinet et de me reconvertir. Il y a déjà un désert médical extrêmement sévère dans l’Yonne. Cela m’inquiète d’autant plus que je ne suis pas la seule à refuser l’obligation vaccinale. »

La soignante libérale ne dit pas combien d’autre collègues sont prêts à arrêter comme elle leur métier, mais assure en connaître plusieurs. « Pour l’instant, je vous avoue que j’espère qu’il va y avoir une prise de conscience (du gouvernement) et que ça ne peut que changer d’ici la fin de l’année face au nombre de soignants qui ne pourront plus exercer »Cette dentiste revendique le droit de pouvoir continuer à pratiquer ce métier qu’elle aime et auquel elle tient, en se faisant tester tous les trois jours en complément des gestes barrière.


Photo d’illustration : Cette dentiste auxerroise va se faire remplacer durant les deux prochains mois afin d’échapper à l’obligation vaccinale, espérant un assouplissement de l’obligation décidée par le gouvernement – DR

,

France Bleu Auxerre

14 septembre 2021