C’est le jackpot, aucun autre business n’est aussi rentable dans toute l’histoire de l’humanité même pas l’armement ou la drogue ! Pourtant ils affirmaient à peine hier que c’était très efficace balançant des chiffres très haut à 95% et puis d’un coup, ils affirment qu’il faut une troisième dose à peine 3 mois après le début de la campagne. Vu le nombre de variants actuels faudra-t-il se faire vacciner 8 fois par an ? On voit bien que ça ne tient pas la route, c’est ridicule.

Ceci démontre à quel point tout ceci est lamentable, qu’il s’agit de charlatanisme et certainement pas de médecine.


Les personnes ayant reçu le vaccin de Pfizer auront « probablement » besoin d’une troisième dose d’ici six mois à un an, puis sans doute d’une injection chaque année, a affirmé le patron du géant pharmaceutique américain.

 Une hypothèse vraisemblable est qu’une troisième dose sera probablement nécessaire, entre 6 et 12 mois. Et à partir de là, il y aura une vaccination à nouveau chaque année, mais tout cela doit être confirmé , a indiqué Albert Bourla, PDG de Pfizer, dans des déclarations rendues publiques jeudi par la chaîne CNBC.

 Et d’autre part, les variants joueront un rôle clé , a-t-il ajouté.

 Il est extrêmement important de réduire au maximum le nombre de personnes vulnérables au virus , a poursuivi M. Bourla.

Plus tôt dans la journée, le directeur de la cellule anti-COVID de l’administration Biden a lui aussi assuré que les Américains devaient s’attendre à recevoir un rappel du vaccin afin de les protéger contre les variants du coronavirus en circulation.

 Nous ne savons pas tout à ce stade , a reconnu le Dr David Kessler, lors d’une audition devant les parlementaires américains.

 Nous étudions la durée de la réponse des anticorps , a-t-il précisé.  Elle semble forte, mais elle connaît une certaine baisse et les variants sont un défi. 


Photo d’illustration : Une hypothèse vraisemblable est qu’une troisième dose sera probablement nécessaire, entre 6 mois et 12 mois, a indiqué le PDG de Pfizer, Albert Bourla. PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / LARS HAGBERG

Radio Canada

Agence France-Presse

17 avril 2021