C’est un jour assez important, historique, qui marque le début d’une nouvelle ère, celui de la prise du pouvoir par les GAFAM. Ce sont donc eux qui décident aujourd’hui de qui a le droit de parler et qui n’a pas le droit de s’exprimer et d’exister socialement. Le complot est maintenant éventé puisque tout le monde peut le voir et le constater.

D’un autre côté, c’est une excellente nouvelle, car les gens vont maintenant se prendre en main, créer et inventer des réseaux indépendants afin de pouvoir continuer à s’exprimer car toutes ces vaines tentatives de censure n’aboutiront jamais, sachant qu’il est impossible d’empêcher les gens de s’exprimer, beaucoup s’y sont essayés avant eux et ont tous échoué malgré une violence physique barbare.

Reste à savoir maintenant où est passé Charlie car vous comprendrez bien que nos élites politiques parisiennes ne vont pas dénoncer cette censure, tant elle arrange leurs petites affaires.


Après Google et Apple, Amazon prévoit de couper les ponts avec Parler, le réseau social prisé des partisans de Donald Trump mais aussi accusé de relayer des menaces de violence, ce qui devrait rendre la plateforme temporairement inaccessible.

Dans une lettre adressée au site conservateur, Amazon dit avoir « observé récemment une augmentation persistante de contenus violents ». « Compte tenu des événements malheureux qui se sont produits cette semaine à Washington, il existe un risque sérieux que ce type de contenus incite davantage à la violence », est-il ajouté dans la missive, publiée dans un premier temps par BuzzFeed et dont le contenu a été confirmé par une porte-parole d’Amazon.

Parler est devenu un refuge pour certains internautes ulcérés par la politique de modération des réseaux grand public comme Twitter, qui a définitivement fermé le compte de Donald Trump vendrediDes messages de soutien aux émeutiers qui ont fait irruption au Capitole mercredi y ont notamment fleuri tandis que d’autres appellent à de nouvelles manifestations…