Toujours le même délire, les mêmes absurdités imposées par des multinationales surpuissantes ayant corrompu toutes les élites politiques. Il ne s’agit pas d’indiquer sur les boîtes de couches pour bébés quels sont les produits cancérigènes utilisés pour la fabrication ; il s’agit d’interdire ces produits et de n’utiliser que des matières inoffensives et si possible biodégradables, car la France et ses 750 000 naissances annuelles utilisent des milliards de couches plastifiées qui finiront par polluer notre environnement ! On marche véritablement sur la tête et vu qu’il n’y a plus de capitaine dans le bateau, tout va à vau-l’eau…


L’Agence de sécurité sanitaire avait alerté en janvier sur la sécurité des couches pour bébés et avait incriminé deux parfums présents dans certaines couches.

Les fabricants de couches pour bébés, pointés récemment du doigt en raison de la détection de produits chimiques nocifs dans leurs produits, se sont engagés « à indiquer les composants sur leurs emballages », a annoncé vendredi 8 février Group’hygiène, leur syndicat professionnel.

À la suite des recommandations de l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) dans son avis publié le 23 janvier sur la sécurité des couches pour bébés et dans une démarche de progrès continu, le groupement a pris « cinq engagements volontaires » auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Des produits cancérogènes

Les membres du groupement s’engagent ainsi à « renforcer leurs exigences via leur cahier des charges auprès de leurs fournisseurs », à « coopérer avec les services de l’État pour définir des méthodologies adaptées aux conditions réelles d’utilisation » et à « soutenir au niveau européen le développement de seuils sanitaires réglementaires adaptés ».

L’Anses avait été saisie en janvier par le gouvernement après un article du mensuel 60 millions de consommateurs. Les produits incriminés sont notamment deux parfums – butylphényl méthyle propional et hydroxyisohexyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde – ainsi que certains hydrocarbures aromatiques polycycliques (parfois cancérogènes), des dioxines et des furanes.

 

Photo d’illustration : les fabricants de couches pour bébés se sont engagés « à indiquer les composants sur leurs emballages », le 8 février 2019. (IMAGE SOURCE / IMAGE SOURCE)