dominique_tian2


Certes, Marseille compte les délinquants des quartiers nord qui font la une des journaux et pourrissent la vie des habitants mais il y a aussi les voyous des quartiers sud, des quartiers riches. La différence réside dans le fait que dans les quartiers nord la situation économique est tellement critique et la passivité de la police tellement choquante que cette situation précaire a permis le développement de la délinquance. Dans les quartiers sud très chics, nous avons des hommes riches qui vivent dans l’opulence et qui pourtant méprisent les lois de la fiscalité ou des marchés publics etc. C’est ainsi que le premier adjoint au maire de la mairie de Marseille Monsieur Dominique Tian a avoué avoir fraudé le fisc, alors que lors des campagnes électorales précédentes il ne cessait de fustiger et condamner les fraudeurs aux ASSEDIC… mais quel culot ! Il faut noter que le fraudeur aux ASSEDIC est malgré tout 100 fois moins nuisible à la France qu’un délinquant fiscal qui planque son pognon en Suisse, car le fraudeur aux ASSEDIC va dépenser toute son allocation en France, participant ainsi à la croissance nationale.

Pour finir, entre les mises en examen et placement en tant que témoin assisté du maire de Marseille ou de la présidente du conseil général, adjointe à la mairie et à présent la condamnation du premier adjoint à de la prison avec sursis ainsi qu’à une lourde amende, vous comprenez à quel point la cité phocéenne est bien administrée et dirigée.

Avec les rumeurs qui circulent sur une probable candidature aux prochaines municipales marseillaises de Monsieur Castaner (LREM) on imagine que le compte à rebours de l’équipe actuelle qui a tant fait de mal à Marseille a commencé. Nous allons pouvoir enfin nous débarrasser d’une belle brochette d’incompétents notoires.


Le premier adjoint au maire de Marseille et ex-député (LR) des Bouches-du-Rhône, Dominique Tian, vient d’être condamné à 12 mois de prison avec sursis, à 3 ans d’inéligibilité et à une amende record d’1,450 million d’euros pour « déclaration mensongère de patrimoine » et « blanchiment de fraude fiscale ».

« Les faits commis sont d’une particulière gravité », a indiqué la présidente Bénédicte de Perthuis, lors du délibéré, après avoir dénoncé « une violation de la loi et de l’égalité devant l’impôt » par « un élu de la République » dont le comportement aurait dû être « exemplaire ». Ces faits, a-t-elle ajouté, ne peuvent que  « nourrir la méfiance des citoyens envers ceux qui les représentent ».

Le 1er décembre dernier, il avait dû comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris. Le procureur Pierre Jeanjean avait réclamé contre lui une peine de 12 mois de prison avec sursis, de 300 000 euros d’amende et de 5 ans d’inéligibilité.

À la barre, Dominique Tian avait expliqué qu’il avait découvert tardivement ce compte suisse, en 1996, à la mort de son père, un chef d’entreprise marseillais exerçant dans l’univers des soins et des retraites. « On a agi de bonne foi, nous sommes des repentis », avait plaidé l’élu, qui était apparu affecté mais combatif devant ses juges. « Mais à l’époque où vous étiez député, vous sembliez très à cheval sur la fraude sociale », lui avait lancé, un rien caustique, la présidente Bénédicte de Perthuis.

Membre de la commission des affaires sociales, Dominique Tian avait fustigé dans un rapport les fraudeurs aux Assedic et les faux chômeurs qui coûtent 200 millions d’euros par an à l’’État.

« Mais je n’ai jamais détourné d’argent », avait répliqué l’élu. Dominique Tian va faire appel de la décision.

« C’est une décision hallucinante ! » Dominique Tian, ne comprend pas. « C’est une décision absurde : on ne peut pas être condamné à payer cinq fois ce qui avait été requis par le procureur », s’insurge-t-il, en indiquant qu’il a immédiatement fait appel. « Je n’ai jamais détourné d’argent public », affirme l’ancien député (2002-2017), auteur d’un rapport remarqué sur la fraude sociale. L’élu marseillais met aussi en avant le fait qu’il a déjà versé près de 600 000€ € à l’administration fiscale pour régulariser la situation de ce compte « familial ». « Je ne […]


D.T. et Sy.P –  La Provence / AFP