Cette histoire triste démontre encore une fois qu’un acte médical comme celui de la greffe d’organe n’est jamais anodin et ne peut être sans risque. Ces deux décès survenus après la greffe d’un rein – don d’une personne ayant un herpès – ou le cas récent d’un donneur ayant longtemps fumé conduisant à l’apparition d’un cancer chez le receveur, démontrent qu’il faut faire preuve d’humilité dans ce domaine particulièrement sensible et complexe.


Les deux jeunes patients ont succombé à une grave infection quelques jours après leur greffe…Deux jeunes Espagnols sont décédés après avoir reçu les reins d’un donneur atteint d’herpès, rapporte le quotidien espagnol El País ce vendredi. Les patients, une jeune femme de 22 ans et un ado de 15 ans, étaient tous deux originaires de Séville. Ils ont succombé une dizaine de jours après s’être fait greffer chacun un rein venant du même donneur. Les deux organes étaient infectés par le virus de l’herpès simplex (VHS). Ce virus très contagieux peut se manifester sous sa forme buccale (VHS1) ou génitale (VHS2).

Des victimes pas immunisées

Selon l’hôpital Virgen del Rocío de Séville, les deux greffes, faites le 30 juin dernier, s’étaient pourtant bien déroulées. Mais la récupération des deux jeunes a été brutalement interrompue par une infection provoquée par le VHS. L’ado est décédé le 10 juillet, la jeune femme un jour plus tard. Soit à peine une dizaine de jours après l’opération.

L’enquête de l’hôpital sévillan a ensuite démontré qu’aucun des deux receveurs n’était immunisé contre le VHS. En revanche, on a retrouvé chez le donneur les signes d’une infection « récente et asymptomatique » par le virus de l’herpès.

L…


20 Minutes avec agence