Nous en avons déjà parlé sur ce site, la consommation d’antalgiques opiacés aux États-Unis est catastrophique puisqu’elle est la cause d’un nombre très important de morts. Encore un scandale sanitaire de Big Pharma qui a trouvé un très bon moyen de vendre ses poisons addictifs afin d’augmenter ses dividendes et profits. Les chiffres des personnes touchées sont effrayants et les conséquences sociales dramatiques.

Étant donné que nos dirigeants politiques sont totalement corrompus et inféodés à ce lobby surpuissant, il n’y a personne pour légiférer ou faire entrer ces criminels en prison.


Aux États-Unis, de nombreuses personnes deviennent accro à des antidouleurs dérivés d’opium.

Les femmes sont particulièrement victimes de l’addiction à ces opiacés.

Les opiacés font des ravages aux États-Unis et provoquent de nombreuses addictions. « Tout a commencé quand j’ai fréquenté les mauvaises personnes. J’ai été amenée à essayer de nouvelles choses. Quand j’ai découvert les opiacés, de suis devenue très vite accro », confie Krystle Sweat. Elle a été incarcérée 25 fois pour vols, infractions et autres délits tous liés à sa consommation d’opiacés. Elle pouvait consommer jusqu’à 300 comprimés par jour.

De nombreuses incarcérations

Le fils de Krystle Sweat, Robby, n’a pas pu toucher sa mère depuis Noël 2015. « Pour combien de temps est-elle repartie en prison ? Deux ans ? », s’interroge-t-il. « J’espère qu’il comprendra plus tard, pourquoi je me suis complètement trompée de chemin. Que ce soit une leçon pour lui et qu’il ne prenne jamais le même chemin », explique sa mère. Aux États-Unis, la consommation de ces médicaments est un fléau. Les femmes sont particulièrement touchées. Dans le comté de Campbell, en 2016, 102 300 femmes ont été incarcérées pour consommation d’opiacés.


avatarfranceinfo