Les médias français sont en train de mentir encore et encore en essayant de terroriser les masses pour leur faire croire qu’une deuxième vague, aussi meurtrière que la première, est tout à fait possible. En réalité, Hong Kong, malgré une politique de tests massifs, n’a comptabilisé que 1600 cas positifs et 10 décès ! À partir de ces chiffres ridicules, si on les compare à la France, l’Espagne ou l’Italie, comment peuvent-ils oser parler de deuxième vague ?


Le nombre record de 52 nouveaux cas de contamination a été annoncé lundi.

La ville adopte les règles de distanciation sociale les plus strictes jamais décidées depuis le début de l’épidémie.

Hong Kong n’avait pas besoin de ça. Déjà sous tension en raison de la nouvelle loi de sécurité nationale imposée par Pékin, l’ex-colonie britannique fait face à une soudaine résurgence de l’épidémie de coronavirus. Les autorités sanitaires de ce territoire de 7,5 millions d’habitants ont enregistré lundi le nombre record de 52 nouveaux cas de contamination, dont 41 sont liés à une transmission locale et non à des voyageurs revenant de l’étranger, ce qui alimente les craintes d’une troisième vague d’infections dans la ville.

Retour à la vie normale

Plus inquiétant, sur les 41 cas locaux, 20 ne sont pas liés à des foyers épidémiques déjà identifiés et donc d’origine inconnue, suggérant que le virus a pu se remettre à circuler depuis un certain temps à mesure que la population a repris le travail et les activités sociales . La Croix-Rouge de Hong Kong a par ailleurs déclaré qu’un homme qui avait donné son sang le 5 juillet faisait partie des cas récents.

Traçage délicat

Entre le 5 et le 11 juillet, 211 cas ont été confirmés à Hong Kong, dont 143 cas locaux. L’origine de la contamination n’a pas été trouvée pour un tiers de ces derniers. « Le plus gros problème est que de nombreux cas ne peuvent pas être retracés. Donc si nous ne resserrons pas les règles, les chances d’une grande épidémie seront élevées », a indiqué le Dr David Hui Shu-cheong, conseiller gouvernemental et expert en médecine respiratoire à l’Université chinoise, cité par le « South China Morning Post ».

Distanciation sociale renforcée


Photo d’illustration : à quelques jours des vacances d’été, les écoles de Hong Kong ont de nouveau fermé leurs portes – Isaac Lawrence / AFP

Michel De Grandi

Les Échos

14 juillet 2020