Gérald_Darmanin_Française_des_Jeux
Le gouvernement envisage une ouverture du capital de la Française des Jeux (FDJ) « tout en gardant le monopole », a indiqué le ministre de l’Action publique, Gérald Darmanin sur Sud Radio

Il serait intéressant que Monsieur Darmanin nous explique, s’il a le temps, bien sûr, entre deux virées aux Chandelles, à quoi peut bien servir la privatisation d’une structure aussi rentable que l’escroquerie de la Française des Jeux ?! Il vous expliquera qu’il s’agit de financer l’innovation ou je ne sais quelle autre sottise, alors qu’il n’est question ici que de faire de généreux cadeaux à des entreprises privées. On imagine qu’à la fin de leur actuel mandat, ceux qui sont à l’origine de ces généreuses privatisations trouveront un poste grassement rémunéré en guise de renvoi d’ascenseur et de remerciement…


Le gouvernement envisage une ouverture du capital de la Française des Jeux (FDJ) « tout en gardant le monopole », a indiqué ce jeudi le ministre de l’Action publique, Gérald Darmanin, évoquant pour la première fois une privatisation partielle de cette entreprise.

Privatisation, le mot est à la mode ces jours-ci. Après Engie et Aéroport de Paris, voici la Française des Jeux. Partielle, la privatisation. Mais quand même. « Nous réfléchissons à l’ouverture du capital de la FDJ tout en gardant le monopole », a affirmé ce jeudi le ministre de l’Action publique, Gérald Darmanin sur Sud Radio, sans donner plus de détails sur les intentions du gouvernement.

L’État détient actuellement 72 % du capital de la société et bénéficie d’un monopole de droit sur les jeux de loterie et les jeux à gratter.

De 72 % à 25 ou 30 % du capital

Une source proche du dossier avait récemment évoqué une descente à hauteur de 25 ou 30 % du capital, mais avec des droits de vote double, permettant aux pouvoirs publics de garder la main sur le secteur.

Bercy pourrait en outre faire le choix d’une introduction en Bourse, afin de permettre au grand public de devenir actionnaire de la société.

En revanche, M. Darmanin a refusé de confirmer la privatisation du gestionnaire aéroportuaire ADP, dont le gouvernement souhaiterait vendre l’intégralité de sa participation de 50,6 % au capital, selon la radio BFM Business.

« Aucune décision n’est prise sur le sujet » et « rien n’est exclu », a répété le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux sur LCI.

ADP et Engie également cités

Le nom de Groupe ADP, qui gère les aéroports de Paris-Charles de Gaulle et d’Orly, est cité depuis des mois – avec la FDJ et Engie – parmi les entreprises qui pourraient être privatisées dans le cadre du vaste plan envisagé par l’État pour alimenter le fonds pour l’innovation de 10 milliards d’euros promis par Emmanuel Macron.

Interrogé sur le sort des parts dans la FDJ, non cotée en Bourse, ou Engie, cotée, Benjamin Griveaux a répondu : « Je ne confirme rien. Rien n’est décidé à ce stade et par définition quand souhaitez vendre sur un […]


Ouest France