Capture213554


Le frère la truelle Aymeric Chauprade n’a pas hésité à se ridiculiser lamentablement dans un tweet stupide dans lequel il affirme que le génocide arménien a été commis par l’empire ottoman. Il suffit de lire la fiche très officielle de Wikipedia (extrait ci-dessous) pour comprendre que ce massacre inhumain a été réalisé par ses frangins de la secte maçonnique des Jeunes Turcs (ou Comité Union et ProgrèsCUP), issus de la maçonnerie sabbataïste et très liée à la maçonnerie française. Il sera très compliqué de démontrer le contraire puisque le sultan Abdelhamid II a été renversé en 1909, que les jeunes Turcs Talaat Pacha, Enver Pacha et Djemal Pacha ont pris le pouvoir depuis et que le massacre a débuté en avril 1915, sous leur autorité.

C’est un massacre tout à fait classique dans l’histoire de la maçonnerie puisque la France maçonnique de la révolution en commettra un sur son propre peule en massacrant des centaines de milliers de Vendéens et autres royalistes sur tout le territoire. Mais il est vrai que nous ne pouvons pas en vouloir à M. Chauprade, lui l’élève de François Thual, grand maître du rite maçonnique Memphis Misraïm, importé en Europe par le sabbataïste Cagliostro… Tout s’explique.

Pour finir, il est très curieux que le président turc Recep Tayyip Erdoğan ne le dise pas, n’explique pas clairement qui ont été les commanditaires de ce massacre qui n’a rien à voir avec l’islam ou le peuple turc. C’est la preuve qu’il est partie prenante de ce complot messianiste, autrement la riposte eut été spontanée et très simple pour laver l’honneur et l’histoire de son pays.


Le Génocide arménien (Հայոց ցեղասպանություն : Hayots tseghaspanoutyoun en arménien, Ermeni Soykırımı en turc) est un génocide perpétré d’avril 1915 à juillet 1916, voire 1923, au cours duquel les deux tiers des Arméniens qui vivent alors sur le territoire actuel de la Turquie périssent du fait de déportations, famines et massacres de grande ampleur. Il est planifié et exécuté par le parti au pouvoir à l’époque, le Comité Union et Progrès (CUP), plus connu sous le nom de « Jeunes-Turcs », composé en particulier du triumvirat d’officiers Talaat Pacha, Enver Pacha et Djemal Pacha, qui dirige l’Empire ottoman alors engagé dans la Première Guerre mondiale aux côtés des Empires centraux. Il coûte la vie à environ un million deux cent mille Arméniens d’Anatolie et d’Arménie occidentale.