creme_solaire


 

Si la crème solaire est reconnue néfaste aux océans et à leur équilibre biologique, notamment au niveau de la chaîne alimentaire de la faune, réduisant dangereusement les quantités de phytoplancton, elle ne peut être que néfaste au corps humain et à la santé humaine. Qui pourrait faire entendre raison aux fabricants de cette mixture inutile (même celles ayant l’indice le plus élevé) qui ne considèrent que le côté lucratif de leur commerce.


 

On nous le répète suffisamment : mettre de la crème solaire, c’est un geste indispensable sur la plage et qu’on fait des allers-retours entre sable et mer. Mais une étude de l’institut méditerranéen des hautes études, en Espagne, explique que ce geste est également dangereux pour l’environnement, et plus particulièrement pour les océans.

Des composants néfastes pour la faune et la flore marine

Les composants chimiques contenus dans les produits solaires seraient ainsi responsables de la diminution de la quantité du phytoplancton, un élément capital de la chaîne alimentaire dans nos océans. Ils contribueraient également à la dégradation et au blanchissement des coraux en déclenchant un virus aux effets dramatiques sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes des récifs.

4.000 tonnes de crème solaire se déposent chaque année sur les massifs coralliens

Certaines réserves maritimes interdisent tout bonnement la crème solaire. Et on les comprend, quand on sait que chaque seconde, 0,8 litre de crème solaire se dilue dans les eaux des océans. Par an, ce sont 25.000 tonnes de crème que les touristes diffusent dans l’eau, dont 4.000 tonnes sont absorbées par les massifs de corail. Et le phénomène ne risque pas de s’inverser de sitôt puisque les ventes de produits solaires augmentent en moyenne de sept pour cent par an.

Faudra-t-il bientôt choisir entre se protéger et préserver l’environnement ? Des alternatives existent, avec les produits solaires bio, sans danger pour les océans, ou, pour les plus aventureux, la crème solaire à boire.