Il faut dire que c’est compliqué de faire confiance à une parole gouvernementale – et médicale – qui s’est autant trompée, voire fourvoyée, qui a fait du mensonge un outil de gouvernance ! Il faut être également très naïf et terrorisé pour accepter de devenir aussi facilement le cobaye d’un essai clinique sauvage avec une nouvelle technologie à ARNm. Sans oublier que Big Pharma a négocié avec les états et la Commission européenne le fait de dispenser les fabricants de vaccins des dédommagements d’éventuels accidents dus aux effets secondaires de cette vaccination ! Bref, tous les voyants sont au rouge.


Une étude qui semble fiable sur le pourcentage de la population européenne « vaccinée » (nous utilisons les guillemets car il ne s’agit pas d’un vaccin au sens accepté du terme) montre que la France – contrairement aux premières impressions – arrive en tête de ce classement :



C’est donc en France que cette opération, dont les modalités sont décidées très antidémocratiquement et de manière opaque dans un but qui n’est pas clair du tout, rencontre le plus de réticence malgré la forte pression médiatico-politique. Ce qui démontre une capacité de résistance chez les Français plus forte que chez leurs voisins européens.

Malgré un matraquage médiatico-politique – ou peut-être à cause de ce matraquage médiatico-politique – de plus en plus de Français s’interrogent sur le déroulé des événements.

Ils ont bien compris que la pandémie n’est pas une pandémie  

Sans pour autant nier l’existence de la circulation d’un virus grippal, il est clair qu’il n’y a pas de pandémie. Si pandémie il y avait, les morgues et les crématoriums seraient combles. Ce qui n’est pas le cas.

Ils ont bien compris que les chiffres sont truqués  

Dire la vérité est interdit (lire « Dire la vérité, c’est être complotiste » du 19 janvier 2021). Il fut un temps où les médecins et les EHPAD étaient discrètement invités à grossir les nombre de morts par suite de la Covid. Toutes les personnes décédées en EHPAD mouraient de la « pandémie ».

Curieusement après avoir été vaccinés, les résidents des EHPAD ne meurent plus du virus alors qu’ils décèdent en plus grand nombre.

Le journal allemand Die Welt reconnaît que le Ministère de l’Intérieur faisait pression sur des scientifiques pour justifier les mesures sanitaires [source].

Ils ont bien compris que le port du masque ne sert à rien  

Sur le plan sanitaire le masque est plus nocif que protecteur. D’innombrables études le démontrent malgré les correctifs embarrassés et peu convaincants des pouvoirs établis. Du reste ce n’est pas notre Président qui nous contredira sur ce point :



Notre Président aurait dû se rappeler des conseils de l’OMS : « Il n’y a pas d’éléments directs sur l’efficacité du port généralisé du masque par les bien-portants en vue de prévenir les infections dues à des virus respiratoires, notamment celui de la Covid-19 » (OMS 5 juin 2020).

Ce vaccin tombé des nues n’inspire pas confiance  



Même les médecins « pro-vaccins » reconnaissent que personne n’a le recul suffisant pour valider les effets bénéfiques et surtout néfastes de l’inoculation (lire « Vaccins géniques à ARN : 6 raisons de se MÉFIER »).

Les pays qui ont procédé à des campagnes de vaccination de masse sont plus touchés que les autres : par exemple le Royaume Uni qui nous a pondu son « variant » et Israël (lire « Débâcle vaccinale en Israël, ce qu’il faut en retenir »).

Malgré une censure très active de la Police de la Pensée, il apparaît bien que de plus en plus de personnes meurent peu de temps après l’inoculation du « vaccin ».

En cette période d’inversion des valeurs, lisez bien le classement de « Our world in data » dans le bon sens :



Pour une fois, la France est première !


Georges Gourdin.

Réseau International

11 février 2021