Alors que les médias du monde entier ont rapporté la nouvelle de la présence à Paris de Ghislaine Maxwell, la compagne du pédocriminel Jeffrey Epstein, mort le 10 août 2019 dans des circonstances troublantes dans sa cellule d’une prison fédérale new-yorkaise, les médias parisiens se murent dans le silence et font la sourde oreille, signant par cette attitude pour le moins équivoque et troublante, une forme de complicité. Encore une fois, les pédophiles sont protégés par la caste médiatique parisienne, alors que la planque de la fugitive se trouve dans les beaux quartiers, à quelques pas de l’appartement de son ancien compagnon et de l’ambassade d’Israël, sachant que son père était lui-même un agent du Mossad.

Doit-on en conclure que la France est devenue la mère patrie des pédophiles ?


Ghislaine Maxwell, la mondaine qui aurait agi comme un « fixateur » pour le pédophile Jeffrey Epstein, s’est cachée dans un appartement de luxe à Paris, selon un journal britannique.



Maxwell est recherchée pour interrogatoire par les autorités américaines sur ses liens avec le financier disgracié.

La femme de 58 ans, fille du magnat des médias Robert Maxwell, est passée sous silence depuis 2016 lorsqu’elle a cessé de paraître lors d’événements publics alors que les procureurs ont commencé à s’intéresser à Epstein, son ancien petit ami.

Maintenant, le Sun prétend avoir localisé Maxwell à Paris, à seulement cinq minutes d’un immense appartement appartenant à Epstein.

La cachette de Maxwell se trouve sur l’avenue Matignon, dans le 8e arrondissement, non loin de l’ancien domicile d’Epstein sur l’avenue Foch, qui a été perquisitionné par la police française l’année dernière.

Il se trouve également à quelques pas de l’ambassade d’Israël.

Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell lors d'un événement à New York en 2005. Photo / GettyJeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell lors d’un événement à New York en 2005. Photo / Getty

Le Sun rapporte que Maxwell a été repérée sur l’avenue Matignon peu de temps avant que la France n’entre en mars dans le confinement à cause du Covid-19 et une source a déclaré au journal qu’« elle veut rester en France aussi longtemps qu’elle le pourra pour profiter des lois d’extradition et a un énorme réseau de contacts désireux de la garder cachée ».

« Cela ne signifie pas qu’elle ne sera pas poursuivie pour ses liens avec Epstein », a déclaré la source. « Mais si elle finit par faire face à des accusations, ce sera en France et non aux États-Unis ».

Il a également été rapporté que Maxwell avait été aperçue en train de quitter l’ambassade d’Israël, ce qui est susceptible d’alimenter les théories du complot reliant la « madame » d’Epstein aux services secrets israéliens.

Son défunt père est enterré en Israël et la rumeur dit que père et fille ont des liens avec le Mossad.


Photo d’illustration : Ghislaine Maxwell lors d’un débat à New York, septembre 2013. — © Laura Cavanaugh / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

NZ Herald

22 juin 2020

Titre de l’article original, en anglais : Epstein ‘madam’ Ghislaine Maxwell hiding in Paris : reports