La situation de l’aéroport de Toulouse est catastrophique et le responsable s’appelle Emmanuel Macron, l’actuel président de la république. Lorsqu’il était ministre de l’économie de François Hollande, il avait décidé de vendre l’aéroport à un consortium chinois qui est par ailleurs installé dans les paradis fiscaux, ce qui signifie que les bénéfices vont très vite disparaître afin d’avoir à payer en France le moins possible d’impôts. C’est ainsi que fonctionne le bankster Macron, c’est son logiciel, son paradigme économique : faire le plus d’argent en payant le moins possible de taxes et de charges. On imagine qu’à la fin de son quinquennat, la vente à la découpe du pays sera encore plus avancée et beaucoup plus grave.


Dans un rapport sur le processus de privatisation des aéroports en France, la Cour des comptes pointe « l’échec » de celui de l’aéroport de Toulouse-Blagnac…

Dans un rapport, la Cour des comptes a vivement critiqué le processus de ventes de 49,9 % des parts de l’État dans la société de gestion de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. La vente à un consortium étranger a soulevé l’inquiétude selon les Sages, notamment sur l’influence de l’État chinois sur un équipement stratégique.

La vente des parts de l’État dans l’aéroport Toulouse-Blagnac à une société aux capitaux étrangers, c’est le contre-exemple d’une opération réussie selon la Cour des comptes.

Dans un rapport à la commission des Finances de l’Assemblée nationale sur « le processus de privatisation des aéroports de Toulouse, Lyon et Nice », les magistrats financiers taclent la décision prise en décembre 2014 de céder 49,99 % du capital à Casil Europe.

Cette holding, créée par le fonds d’investissement hongkongais Friedmann Pacific et Shandong High Speed Group, un groupe public chinois, a emporté la mise pour 308 millions d’euros.

Inquiétude sur le profil des actionnaires

Dès l’annonce du choix validé par Emmanuel Macron, le ministre de l’Économie de l’époque, « le profil soulève des inquiétudes », relève le rapport des Sages cité par Challenges. Les collectivités (40 % du capital), ainsi que plusieurs acteurs locaux, se sont inquiétées de son « manque d’expérience en matière de gestion aéroportuaire », doublé d’un « manque de transparence financière ». Mais aussi de « liens avec la puissance publique chinoise » qui n’a pas caché sa stratégie d’investir hors de ses frontières dans le cadre de son plan des « nouvelles routes de la soie ».

« Ces sociétés sont domiciliées dans des paradis fiscaux et on ne sait pas qui les détient en dernier ressort. Leurs actions peuvent aussi changer de mains or le problème c’est qu’il s’agit d’une infrastructure pérenne et stratégique », relève Christophe Lèguevaques, l’avocat du collectif d’opposants à la privatisation.

christoleguevaques@CLeguevaques31

Aéroport de Toulouse : la cour des comptes confirme et approfondit nos critiques contre la privatisation http://xfru.it/1rvZrP @latribunetlse @LLaparade @20minutestoul @AFPToulouse @VincentLamigeon l’intégralité du rapport est disponible sur notre site…

Aéroport de Toulouse : la cour des comptes confirme et approfondi…

Dans son rapport remis aujourd’hui, la Cour des comptes reprend et étoffe la plupart des critiques émises contre la privatisation de l’aéroport de Toulouse : – même en étant minoritaire, le…

leguevaques.com

Ce dernier a multiplié les actions en justice pour connaître les termes exacts du « pacte d’actionnaires » qui engage l’État, toujours propriétaire de 10,01 % du capital, auprès de l’acquéreur chinois, notamment dans ses votes lors des choix importants.

Infrastructure stratégique aux mains du privé

Un document pointé du doigt par la Cour des comptes, à l’origine d’une situation « ambiguë et instable, celle d’une société dont le capital est majoritairement public, mais dont le contrôle appartient à l’actionnaire privé par l’effet du pacte d’actionnaires qu’il a conclu avec l’État ».

« Nous espérons aujourd’hui que les 10,01 % de l’État resteront aux mains des actionnaires publics et le Conseil départemental est toujours prêt à les racheter. Malheureusement, depuis des années, il n’y a aucune stratégie aéroportuaire de l’État, on ne décide de rien », relève de son côté Pascal Boureau qui représente le Département au sein de la société ATB.

Avec les autres actionnaires publics, il est monté à plusieurs reprises au créneau, notamment pour dénoncer l’attitude de Casil Europe qui lors des premières années a touché au bas de laine constitué avant son arrivée. « Ils ont puisé dans les réserves et si on calcule, ils n’ont pas mis plus sur la table que ce que proposaient les autres candidats lors de la vente des parts de l’État », poursuit l’élu. Ce dernier reconnaît toutefois qu’aujourd’hui « il y a une volonté des Chinois d’éviter de reproduire ce qui s’est passé aux débuts ».

En janvier, la cour d’appel administrative de Paris devrait examiner le recours porté par les opposants pour faire annuler la vente. Et pour eux, ce rapport tombe à point nommé. « Ce rapport dit ce que nous dénonçons depuis longtemps, ce n’était pas des vues de l’esprit », se félicite Christophe Lèguevaques.


Béatrice Colin – 20 minutes