Nouvelle victime du covidisme, énième sacrifice pour sauver les nonagénaires, quelle belle preuve d’altruisme et de solidarité nationale que de mourir à 39 ans !



Une deuxième plainte dans les Landes après un décès concomitant avec une vaccination Pfizer contre le Covid-19.

Un homme de 39 ans, originaire de Cassen, est décédé après sa deuxième dose début juillet. Sa famille a déposé plainte contre X. Le parquet de Dax a ouvert une enquête.

Le parquet de Dax confirme avoir ouvert une enquête suite à une plainte contre X de la famille de cet homme de 39 ans, plainte qui a été déposée à la gendarmerie de Tartas.

Cet homme de 39 ans, sans antécédent médical selon sa famille, a reçu sa deuxième dose de vaccin Pfizer le jeudi 1er juillet dernier. L’homme a eu des symptômes suite à l’injection : fièvre et fatigue. Mais au petit matin du samedi 3 juillet, moins de 48 heures après, toujours selon la famille, il suffoque. Le parquet de Dax n’a pas communiqué d’éléments à ce stade de l’enquête.

« On ne compte pas en rester là »

Malgré le massage cardiaque pratiqué par sa fille de 18 ans, guidée par le 15, puis par les secours à leur arrivée, le père de famille décède. Une autopsie est immédiatement requise, le corps de l’homme est envoyé à Bordeaux. Les résultats de cet examen n’ont été, pour l’heure, que très partiellement rendus. Il a été expliqué à la famille que la victime était décédée suite à une insuffisance cardio-respiratoire. Marie-Claude, la mère de l’homme décédé, veut comprendre et ne cache pas sa colère : « on ne compte pas en rester là ! On veut que justice se fasse et que tout le monde sache que ce n’est pas anodin leur vaccin. De se révolter et de dire non, on ne se fait pas vacciner. Quand on regarde les effets que ça donne, c’est une myocardite ! Et sur les sites internet, ils disent que c’est minime par rapport à toutes les vies qu’ils sauvent du Covid. Nous on a une haine contre tout cela.


La myocardite et la péricardite ont été ajoutées le 9 juillet dernier aux effets secondaires du vaccin Pfizer et Moderna par l’Agence Européenne des Médicaments. Selon l’agence, en Europe, 321 cas de ces inflammations cardiaques ont été recensés dont cinq se sont conclus par un décès. Au moment de ce décompte, 197 millions de doses de Pfizer et Moderna avaient été injectées en Europe.

La mère est ainsi persuadée que c’est le vaccin qui a tué son fils : « Nous, on ne peut que penser cela. mais on ne peut pas dire que c’est à cause du vaccin. On n’a pas la preuve ».


Photo d’illustration : Des doses de vaccin Pfizer contre le Covid-19. (illustration). © Radio France – Pierre-Antoine Lefort

29 juillet 2021