arrêtés_municipaux_burkini


Et c’est reparti pour un tour la mascarade estivale du « burkini » ! Le marronnier de l’été, vous allez en entendre encore parler. À défaut de régler le problème des Français au quotidien : santé, crise économique et chômage, éducation, sécurité… les hommes politiques incapables et incompétents ne font qu’attiser encore plus la haine envers les musulmans et ça fonctionne malheureusement très bien vu la multiplication des attaques contre les mosquées ces derniers temps par exemple.


L’avocat du maire de Lorette a annoncé samedi soir que l’arrêté anti-burkini, interdisant le port du voile sur le plan d’eau des Blondières, va être retiré.

Les associations de lutte contre les discriminations obtiennent gain de cause mais maintiennent les poursuites judiciaires contre le maire.

Rédigé début juin, l’arrêté anti burkini sur la commune de Lorette va être retiré. Annonce faite samedi soir par l’avocat de Gérard Tardy, le maire de Lorette. Le texte interdisait le port du voile et du burkini sur le plan d’eau communal des Blondières. Un arrêté qui fait polémique depuis plusieurs jours. Quatre associations au moins avaient porté plainte pour discrimination.

Un procès quand même ?

Certaines avaient même porté un référé devant le tribunal administratif de Lyon. Celui-ci était censé statuer lundi à 14 heures. Les associations, dont crient victoire. « La pression que nous avons exercé concomitamment devant les tribunaux a été efficace » explique dans un communiqué la Maison des Potes, une des premières associations à avoir porté plainte. Pour autant le combat judiciaire ne s’arrête pas là car certaines poursuites judiciaires ne seront pas abandonnées.

« La pression que nous avons exercé concomitamment devant les tribunaux a été efficace » explique l’association de la Maison des Potes

Les associations demandent que Gérard Tardy soit condamné par un tribunal correctionnel. « Le délit de discrimination a bien été commis et pour cela le Maire devra être sanctionné » explique la Maison des Potes. « Si une discothèque refusait l’entrée aux femmes voilées pendant une semaine avant de renoncer à cette discrimination pour cause de scandale elle mériterait d’être jugée et condamnée. Il en va de même pour le Maire de Lorette »  termine l’association qui espère un procès de Gérard Tardy devant le tribunal correctionnel de Saint-Étienne.


France Bleu