Encore un scandale politique honteux et lamentable qui ne fait que justifier davantage la révolte des #GiletsJaunes. Il va falloir créer un mécanisme solide et durable qui protège le peuple de ces escrocs politiques en aggravant, voire en multipliant par 10 les peines de prison ainsi que les amendes. Sans oublier les peines d’inéligibilité à vie ainsi que la prise en compte des casiers judiciaires.


Le maire d’Hesdin est interrogé depuis mercredi matin dans les locaux de la gendarmerie du Portel dans le cadre de plusieurs enquêtes, au côté de sa mère.

En fin de journée, le parquet a décidé de prolonger cette garde à vue jusqu’à demain. Des perquisitions ont été menées dans la journée à la mairie d’Hesdin.

Depuis 9 h ce matin, le maire d’Hesdin et sa mère, conseillère municipale, sont placés en garde à vue à la gendarmerie du Portel, interrogés pour au moins deux affaires.

La première concerne un achat de plancher avec l’argent de la mairie, début 2017. Il s’en serait ensuite approprié une partie. Le maire a toujours indiqué qu’il avait réglé, ensuite, une partie de la facture. Stéphane Sieczkowski-Samier est soupçonné de détournement de fonds publics. La seconde, plus récente, renvoie à l’achat de deux revolvers chez un armurier d’Hesdin, toujours avec l’argent de la municipalité.

En fin de journée, le parquet a ordonné la prolongation de ces gardes à vue. Stéphane Sieczkowski-Samier passera la nuit en geôle avant de poursuivre les auditions. Sa maman, pour raison de santé, est libérée le temps de la soirée et convoquée à nouveau jeudi matin par les gendarmes.

Les investigations sont menées par les gendarmes de la section de recherches de Lille. La durée maximale de leur garde à vue s’élève à 48 h.

 

Un précédent en 2017

Vendredi dernier, lors de sa cérémonie des vœux, le maire d’Hesdin avait estimé qu’il « ne serait pas étonné d’être placé en garde à vue » les jours suivants, faisant référence à l’affaire des achats de matériaux.

Quatre de ses anciens colistiers avaient par ailleurs été entendus par les gendarmes lillois, début janvier, dans le cadre de l’achat des deux revolvers cette fois.

En 2017, Stéphane Sieczkowski-Samier avait déjà été placé en garde à vue pour complicité de faux et usage de faux.

 

Perquisitions à la mairie, le personnel interrogé

Mercredi matin, au moment où Stéphane Sieczkowski-Samier et sa mère commençaient leurs auditions, des perquisitions ont été menées en mairie d’Hesdin. Les gendarmes ont interrogé plusieurs membres du cabinet du maire, dont sa comptable. Les investigations concernent l’affaire du parquet acheté en 2017 ainsi que les armes acquises par Stéphane Sieczkowski-Samier l’an dernier.


Photo d’illustration : Stéphane Sieczkowski-Samier avait anticipé sa mise en garde à vue lors de ses vœux, vendredi dernier. PHOTO MATTHIEU BOTTE – VDNPQR

Thomas Diquattro | La Voix du Nord