pierre-jean-pudal-veut-un-cadre-reglemente
Pierre-Jean Pudal veut un cadre réglementé. PHOTO C.C.

Voici un maire vraiment courageux, qui joue son rôle protecteur de ses administrés concernant les très nombreuses polémiques rencontrées autour des installations des nouveaux compteurs électriques Linky. Il n’est pas question d’inventer quoi que ce soit, mais tout juste de constater la réalité des faits et des différents problèmes engendrés par ces compteurs dits intelligents, parmi lesquels des incendies ! Bravo Monsieur le maire !


Après son homologue Villeneuvois, Enedls a, à son tour, pris un arrêté sur la réglementation liée à l’installation des compteurs électriques Linky.

« Qu’elle soit liée à un manque ou à un excès d’informations, l’installation des compteurs par Enedis et ses sous-traitants suscite des inquiétudes légitimes, indique le maire. Je me dois donc d’apporter un éclairage sur l’installation de ces appareils. Tout comme les Livradais, j’ai lu, entendu des remarques sur la façon quelque peu cavalière, voire irrespectueuse, qu’utilisent ces prestataires pour imposer ces compteurs Linky. Je déplore et ne cautionne en aucun cas de tels agissements et assure de mon soutien les administrés qui en auraient été victimes. Il est de mon devoir de protéger et d’informer mes concitoyens », ajoute le premier magistrat, qui a décidé « en accord avec ma majorité de prendre un arrêté. Ce n’est pas un parti pris pour ou contre les compteurs Linky. Il instaure un cadre réglementé évitant les éventuelles installations sauvages. La société Enedis en a été destinataire. »

Des PV 

L’arrêté précise, entre autres « qu’au plus tard un mois avant le premier jour d’intervention, Enedls et ses sous-traitants sont tenus de communiquer par courrier le planning des interventions programmées en vue du remplacement des compteurs existants, avec tous les détails nécessaires ». À l’intérieur de l’arrêté de trois pages, le texte précise également que « si le maire ou son représentant constate que ces dispositions ne sont pas respectées, il suspend immédiatement les opérations programmées et dresse un procès-verbal constatant cette suspension ».

Parmi les autres précisions, l’arrêté signale également que l’entreprise habilitée ne peut intervenir au domicile des usagers en dehors de leur présence ou sans leur consentement, « que le compteur soit situé à l’intérieur ou à l’extérieur de leur domicile. Et en cas d’intervention dans un immeuble collectif où plusieurs compteurs sont rassemblés dans un local technique, l’entreprise habilitée devra identifier à quel(s) usager(s) le […]


Christelle Creton – Sud Ouest