La dette de la France va doubler en quelques mois, car si l’état veut compenser les pertes de ces secteurs de l’économie en attribuant une aide financière à cause de la mise en application du pass sanitaire, on ne s’en sortira JAMAIS.



Des responsables de cinémas et de théâtres témoignent de la désertion de leurs salles depuis la mise en place du pass sanitaire.

Au sortir du premier week-end de l’application du pass sanitaire, des responsables de lieux de culture tirent la sonnette d’alarme. Invité de BFMTV ce lundi matin, le président de l’association des théâtres privés en régions Loïc Bonnet fait état d’une réduction de fréquentation drastique:

« On a entre 30 et 75% de réduction de fréquentation entre le week-end d’avant le pass sanitaire et ce week-end », déplore-t-il. « À Paris, une salle avait 140 personnes samedi dernier et 13 ce samedi. À Lyon, la Comédie Odéon qui devait ouvrir jusqu’au 31 juillet a décidé de fermer le 18 parce qu’ils n’avaient plus de réservations, que des appels pour annuler. »

Annulations en série

Depuis mercredi dernier, le pass sanitaire est obligatoire pour entrer dans les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes. Les clients doivent se présenter avec une attestation de schéma de vaccination complet, un dépistage du Covid-19 négatif de moins de 48 heures ou un certificat de rétablissement (un test positif de moins de 6 mois et plus de 11 jours).

Une nouvelle mesure qui intervient quelques semaines seulement après la réouverture des lieux de culture, et face à laquelle « les gens sont perdus », selon Loïc Bonnet :

« La plupart des gens qui viennent ont leur pass sanitaire, mais il y a aussi beaucoup de gens qui nous appellent et ne viennent pas parce qu’il n’ont eu que leur première dose, ou bien ils ont reçu la deuxième il y a seulement trois jours. Il y a tellement de cas différents que de toute façon la fréquentaiton est en baisse. »

« Nous sommes très pessimistes »

Pour Jean-Edouard Criquioche, directeur du cinéma grand forum à Dieppe, le coup est d’autant plus brutal qu’après des mois de fermeture, les salles obscures « avaient vraiment bien réussi à relancer la machine, parce que les spectateurs avaient très envie de revenir » :

« Depuis mercredi c’est une catastrophe, avec 70% de baisse. Ce n’est pas une surprise : à peine 50% des Français sont vaccinés, donc on perdait 50% de nos spectateurs au minimum. » Et de pointer du doigt des aides insuffisantes : « Le gouvernement pense qu’une entreprise peut fonctionner avec 40% de baisse (…) C’est l’été, il faut 100% du personnel, et qu’on ait 10 ou 100 personnes dans la salle, ce sont les mêmes charges. »

« Le virus est présent, mais il faut trouver des solutions pour les gens qui ont des sociétés à faire vivre », conclut Loïc Bonnet. « On vit le virus comme tout le monde, et en plus on a ces contraintes-là (…) ça va dépendre des aides et de comment les gens vont réagir, et de la rentrée. Nous sommes très pessimistes. »

« Si on avait voulu tuer le cinéma, on ne s’y serait pas pris autrement »

Sophie Dulac, directrice de Maison Dulac cinéma et patronne de cinq salles à Paris, constate elle aussi une « baisse absolument drastique ». « Je pense que si on avait voulu tuer le cinéma, on ne s’y serait pas pris autrement », ironise-t-elle sur BFMTV, avant de donner les détails de « l’effet pass sanitaire » :

« La semaine du 14 juillet, on commençait un peu à reprendre des couleurs, (avec) plus de 2,16 millions de spectateurs, et la semaine du 21 juillet on a perdu la moitié, avec 1,1 million. C’est absolument énorme. »

Elle pointe également du doigt les problèmes logistiques que le contrôle du pass sanitaire fait peser sur les exploitants: « En ce moment, il n’y a malheureusement pas beaucoup de monde. Au niveau de la gestion ça va, on arrive à scanner assez rapidement les pass sanitaires. Mais quand il va y avoir du monde à partir de la rentrée, ça va être beaucoup plus compliqué. Même parmi les salariés, chez moi, il y en a qui ne veulent pas opérer ces contrôles. La situation est tendue des deux côtés. »


Photo d’illustration : Le pass sanitaire est requis dans les lieux culturels qui accueillent plus de 50 spectateurs depuis le 21 juillet 2021. © LOIC VENANCE – AFP

MSN Actualité

26 juillet 2021