Le nombre d’hospitalisations pour enfants par rapport aux adultes est selon cet article environ 10 fois inférieur à celui des 18 à 49 ans et 77 fois inférieur à celui des 65 ans et plus ! Alors pourquoi fermer les écoles et terroriser tout le monde ?! Il faut réduire de presque la moitié les chiffres car une étude californienne démontre qu’ils ont été surévalués de 40% ! C’est une pure fake news destinée à terroriser les parents et pousser à la fermeture des écoles !

Non, ce ne sont pas des erreurs de codage ou de transmission de l’info, ce sont des fake news diffusée par la Doxa pour terroriser tout le monde et faire prendre des décisions lourdes comme les confinements, la destruction de l’économie…



Le nombre signalé d’hospitalisations au COVID-19 , l’un des principaux paramètres de suivi de la gravité de la pandémie de coronavirus, a été considérablement gonflé pour les enfants des hôpitaux californiens, ont conclu deux articles de recherche publiés mercredi. Les articles, tous deux publiés dans la revue Hospital Pediatrics , ont révélé que les hospitalisations pédiatriques pour COVID-19 étaient surévaluées d’au moins 40%, ce qui avait des implications potentielles pour les chiffres nationaux.

Le Dr Monica Gandhi, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Californie à San Francisco, et Amy Beck, professeure agrégée de pédiatrie, également à l’UCSF, ont écrit un commentaire pour Hospital Pediatrics qui accompagnait les deux études. Ils ont écrit: «Pris ensemble, ces études soulignent l’importance de distinguer clairement les enfants hospitalisés avec le SRAS-CoV-2 trouvés sur le test universel par rapport à ceux hospitalisés pour la maladie COVID-19.» Les études démontrent, ont-ils déclaré, que les taux d’hospitalisation rapportés «surestiment considérablement le fardeau réel de la maladie COVID-19 chez les enfants». Gandhi a dit à Intelligencer que bien que les études aient toutes deux été menées avec des données d’hôpitaux californiens, «il n’y a aucune raison de penser que ces résultats seraient exclusifs à la Californie. Ce type d’examen rétrospectif des dossiers révélera probablement les mêmes résultats dans tout le pays. »

Les implications des résultats de ces deux études sont extrêmement importantes, car les rapports d’hospitalisations pédiatriques ont régulièrement fait la une des journaux au cours de l’année écoulée, affectant grandement les perceptions du public sur les risques pour les enfants. Un nombre incalculable de parents ont gardé les enfants à la maison après l’ école ou ont limité les dates de jeu et d’ autres activités de peur que leurs enfants soient infectés et tombent gravement malades. Le nombre d’hospitalisations pour enfants était déjà extrêmement baspar rapport aux adultes – au pic de la pandémie cet hiver, il était environ dix fois inférieur à celui des 18 à 49 ans et 77 fois inférieur à celui des 65 ans et plus. Mais réduire de près de moitié les chiffres pédiatriques est une différence frappante, ce qui rend les taux réels extrêmement faibles. Les chiffres d’hospitalisation pédiatrique pour COVID-19 influencent également la politique sur les ouvertures d’écoles et les directives, les recommandations de camp et d’autres décisions politiques. Le commentaire de Gandhi et Beck a noté: «Les enfants ont énormément souffert en raison des politiques qui ont fermé les écoles et les installations de loisirs, et le fardeau a été le plus lourd pour les enfants à faible revenu et apprenant l’anglais.»

Dans une étude, menée dans un hôpital pour enfants du nord de la Californie, parmi les 117 patients pédiatriques positifs au SRAS-CoV2 hospitalisés entre le 10 mai 2020 et le 10 février 2021, les auteurs ont conclu que 53 d’entre eux (soit 45%) causée par le SRAS-CoV-2. » Les raisons de l’hospitalisation de ces patients « improbables » comprenaient des chirurgies, un traitement contre le cancer, un épisode psychiatrique, des problèmes urologiques et diverses infections telles que la cellulite, entre autres diagnostics. L’étude a également révélé que 46 (ou 39,3 pour cent) des patients codés comme positifs pour le SRAS-CoV2 étaient asymptomatiques. En d’autres termes, bien que les patients aient été testés positifs pour le virus dans le cadre du dépistage universel de l’hôpital, les symptômes du COVID-19 étaient absents, ce n’était donc pas la raison de l’hospitalisation.

Dans la deuxième étude , dans le cinquième plus grand hôpital pour enfants du pays, sur 146 dossiers répertoriant des patients positifs pour le SRAS-CoV-2 du 1er mai 2020 au 30 septembre 2020, les auteurs en ont classé 58 (40%). comme ayant un diagnostic « accidentel » , ce qui signifie qu’il n’y avait aucune documentation sur les symptômes du COVID-19 avant l’hospitalisation. Comme la première étude, et comme cela a été typique dans tout le pays, cet hôpital a mis en œuvre un test universel des patients hospitalisés pour le SRAS-CoV-2. Un exemple de patients séropositifs pour le SRAS-CoV-2 sont ceux qui sont venus à l’hôpital en raison de fractures. Les patients qui peuvent avoir eu des symptômes du COVID-19 mais qui avaient une autre raison clairement documentée pour eux, comme un enfant souffrant de douleurs abdominales et de fièvre jugées liées à un abcès abdominal, ont également été considérés comme ayant un diagnostic incident. L’étude a classé 68 patients, soit 47 pour cent, comme « potentiellement symptomatiques », ce qui était défini comme lorsque « le COVID-19 n’était pas la principale raison d’admission de ces patients, et le COVID-19 seul ne nécessitait pas directement d’hospitalisation sans la condition concomitante. » Des exemples de ces patients étaient ceux avec une appendicite aiguë, puisque cette condition comprend des symptômes gastro-intestinaux qui peuvent également se présenter dans COVID-19.

Pour être certain, il existe d’autres effets du COVID-19 sur les enfants qui sont distincts de l’hospitalisation. Mais les études fournissent un regard rétrospectif critique sur la façon dont les taux d’hospitalisation pédiatriques signalés au COVID-19 ont amplifié l’impression de l’ampleur réelle de l’impact du virus sur les enfants. De plus, les résultats arrivent alors que les parents ont commencé à vacciner les enfants dans le cadre de l ‘« autorisation d’utilisation d’urgence » accélérée contre un virus qui, ces résultats suggèrent, pose une incidence considérablement plus faible d’hospitalisations pédiatriques que les données ont montré jusqu’à présent. Stefan Baral, épidémiologiste des maladies infectieuses et médecin à Johns Hopkins, a écrit dans le British Medical Journal sur le calcul des risques et des avantages de la vaccination des enfants contre une maladie qui leur présente « une très faible probabilité de résultats graves », ce qui, a-t-il soutenu, signifie que cela ne répond pas à la définition d’une « urgence ». Ces études pèsent encore plus loin dans cette conclusion. Les résultats, a déclaré Baral à Intelligencer, « renforcent l’importance de suivre un processus significatif pour comprendre les risques pour les enfants. »

Expliquant pourquoi les décomptes officiels étaient si éloignés, Baral a déclaré que les bases de données électroniques utilisées par les hôpitaux sont à des fins administratives, destinées à la facturation, à la gestion des ressources, etc. « Ils n’ont pas été conçus pour déduire la prévalence et la gravité d’un virus infectieux. » Nous souhaitons des données instantanées et précises, a-t-il déclaré, mais la validation prend du temps.

« Il est essentiel que les risques du COVID-19 pour les enfants soient décrits avec précision », ont écrit Gandhi et Beck. « Les rapports scientifiques et médiatiques qui décrivent de manière inexacte le risque de COVID-19 pour les enfants peuvent nuire en alarmant les parents et en justifiant les restrictions continues à l’éducation en personne et à d’autres programmes. Grâce à ces études, les parents et les décideurs politiques devraient être rassurés sur le fait que l’hospitalisation pédiatrique pour une maladie grave à COVID-19 est en effet rare. »

Aucun des articles n’a abordé l’exactitude des taux de mortalité pédiatrique attribués au COVID-19, ni celle des patients adultes classés comme hospitalisations au COVID-19. Mais, ont tous deux noté Gandhi et Baral, ces résultats illustrent clairement la nécessité d’effectuer des examens rétrospectifs similaires des dossiers pour les hospitalisations d’adultes codées COVID-19 et la mortalité globale.