Voici l’interview du père Pascal Ide, auteur fin 2016 du livre Manipulateurs concernant le fléau destructeur des pervers narcissiques dont le nombre est malheureusement en constante progression dans nos sociétés modernes décadentes. Ce livre présente un double intérêt puisqu’il montre comment reconnaître ces personnalités toxiques puis donne des solutions afin de s’en prémunir car malheureusement on ne peut pas toujours les écarter de notre environnement lorsqu’il est professionnel, par exemple. Le travail de l’auteur est très intéressant et démontre son expérience certaine dans ce domaine puisqu’il met en garde les gens à ne pas espérer changer la personnalité perverse qu’ils ont en face d’eux car c’est une perte de temps évidente qui lui permet de faire encore plus de mal et de dégâts.


Entre 1 et 3 % de la population sont des personnalités dites narcissiques – des chiffres vont aller en augmentant. « Tous les paramètres depuis une cinquantaine d’années montrent que les marqueurs narcissiques sont en croissance : culte du look, besoin de reconnaissance, repli sur soi… » Dans son ouvrage, « Manipulateurs » (éd. L’Emmanuel), le Père Pascal Ide, prêtre et médecin, propose une approche psychologique de la question, accompagnée de repères éthiques. Il insiste notamment sur l’importance de détecter ces personnalités au sein de l’Église, et plus particulièrement sur les lieux de pouvoir ecclésiaux.

Si les personnalités structurellement narcissiques ont un côté « toxique », elles sont aussi « mal-aimées » et même, « elles ne s’aiment pas et ne se sont jamais aimées »

Des manipulateurs au sein de l’Église

Le Père Pascal Ide distingue l’Église « sainte » du Credo et les humains qui la composent, avec leurs failles et leurs qualités. Et « puisque le narcissique aime le pouvoir, on en trouve aux lieux de pouvoir puisque ça les nourrit ». Au Vatican – que le Père Pascal Ide connaît bien pour y avoir travaillé durant 13 ans – au Vatican, comme dans tout lieu de pouvoir, on rencontre de ces personnes avec « une très grande intelligence de la relation ».

« N’imaginons pas que toutes les personnalités narcissiques sont des pervers sexuels ni des personnes qui prennent dans la caisse. » Des Lénine ou des Robespierre sont des « pervers du pouvoir », avec « une soif éperdue de pouvoir et de reconnaissance ». Qui se manifeste par des agissements tels que diviser l’un contre l’autre, ne jamais donner toutes les informations… Pour le Père Ide, qui est formateur en séminaire, « on doit se poser la question » et détecter les « signes de narcissisme »…