Bonne analyse d’Édouard Chanot sur une idéologie perverse reprise notamment par la gauche bourgeoise-bohème lors de ces dernières décennies.