Ce pseudo philosophe était en réalité un vrai sataniste assumé qui violait des gamins tunisiens sur des tombes en pleine nuit et tout le monde le savait à l’époque ! Quel est la maladie mentale qui pourrait pousser un être humain à faire ça ? Aucune, il s’agit purement et simplement de satanisme millénaire, rien n’a changé en réalité depuis des temps immémoriaux.



« Au nom de cette libération totale, que Foucault s’appliquait à lui-même, je confesse l’avoir vu s’acheter des petits garçons en Tunisie, au prétexte que ceux-ci avaient droit à la jouissance. Il leur donnait rendez-vous au cimetière de Sidi Bou Saïd, au clair de lune, et les violait allongés sur les tombes », dixit Guy Sorman.



La vie privée animée du philosophe colore ce quatrième volet de son étude sur le sexe.

Michel Foucault est mort à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris le 25 juin 1984 à l’âge de 57 ans. Le communiqué de presse de l’hôpital indiquait qu’il souffrait d’une septicémie, avec « plusieurs foyers de suppuration dans le cerveau », mais que les antibiotiques lui avaient permis, une semaine seulement avant sa mort, de lire les premières critiques de ses derniers livres, les deuxième et troisième volumes de L’histoire de la sexualité.

Aucune des nécrologies françaises de Foucault, de loin l’intellectuel le plus influent du pays depuis la mort de Sartre, ne mentionne le sida. Foucault lui-même avait choisi de ne pas reconnaître sa maladie et avait continué à travailler, sans se faire soigner, jusqu’au dernier moment.

Six ans plus tard, son proche compagnon de l’époque, Hervé Guibert, a provoqué un scandale.

[…]


Photo d’illustration : Les yeux sur le passé : le philosophe Michel Foucault – SIPA/REX

David Sexton

The Times
28 mars 2021

Titre de l’article original en anglais : Confessions of the Flesh by Michel Foucault, review — his final volume on sexuality

Traduction : Lelibrepenseur.org avec DeepL Translator