La crise financière finale et dévastatrice est en train de se rapprocher de plus en plus de nous, ce sera un vrai feu d’artifice ! Le domino financier commence lentement à s’effondrer, rien ne pourra l’arrêter, certainement pas l’injection d’argent magique, c’est ce qui est fait depuis 2008 et en masse, tout le monde a compris que c’est ce qui aggravait la situation et ajoutait plus d’avidité dans le système.


Les deux banques ont mis en garde contre des pertes importantes après la vente d’environ 20 milliards de dollars d’actions chinoises et américaines, leur client Archegos ayant été contraint de procéder à d’énormes débouclages de positions.

Nomura et Crédit Suisse ont déclaré qu’ils risquaient de subir des pertes potentiellement « importantes » alors que certaines des plus grandes banques du monde évaluent leur exposition au débouclage massif de positions d’Archegos Capital Management.

Les prêteurs du family office de Bill Hwang, basé à New York, se sont empressés de contenir les retombées après qu’Archegos n’a pas répondu aux appels de marge la semaine dernière. Archegos aurait été bousculé par la forte baisse, plus tôt dans la semaine, de ViacomCBS, dont il détenait beaucoup d’actions. Ce repli a conduit l’un de ses courtiers à demander des fonds supplémentaires pour couvrir la dépréciation de cet investissement et in fine a conduit Archegos à liquider certaines de ses positions. La liquidation forcée de plus de 20 milliards de dollars de positions liées à Archegos a ébranlé les actions chinoises et les valeurs tech, de Baidu à ViacomCBS. Ces fermetures de positions ont entraîné une pression à la vente et mis en difficulté plusieurs établissements financiers.

Nomura et Credit Suisse à la peine en Bourse

La banque japonaise Nomura, dont les actions ont chuté de 16 % lundi matin à Tokyo, effaçant plus de 3,2 milliards de dollars de capitalisation boursière, a déclaré dans un communiqué qu’un client américain anonyme (a priori, le hedge fund Archegos) lui devait environ 2 milliards de dollars. Si une telle perte était confirmée, elle pourrait anéantir la plupart des bénéfices avant impôts de Nomura pour le second semestre.

Un cadre d’une banque de Wall Street à Hong Kong a déclaré au « Financial Times » : « On ne sait pas pourquoi Nomura est resté les bras croisés à accumuler des pertes aussi importantes ». Un autre banquier basé à Tokyo estime que le niveau extrêmement élevé de l’effet de levier que Nomura semble avoir accordé à Archegos est « déroutant », un responsable d’un fonds spéculatif cité par le quotidien britannique estimant qu’il atteindrait « au moins quatre fois ce qu’un fonds d’actions long/short obtiendrait habituellement ».

Au Japon, le gouvernement a fait savoir qu’il suivait la situation de près en lien avec le régulateur financier et partagerait ses informations avec la banque centrale du pays.

Credit Suisse a déclaré, de son côté, qu’il était en train de se désengager de certaines positions après qu’un fonds spéculatif basé aux États-Unis n’a pas été en mesure d’honorer ses appels de marge. « Bien qu’il soit pour l’instant prématuré de quantifier l’ampleur exacte de la perte résultant de cette sortie, elle pourrait être très importante et significative pour nos résultats du premier trimestre », a déclaré la banque, sans nommer le fonds. Les actions de Credit Suisse perdaient près de 14 % en début d’après-midi. Cette perte potentielle est le dernier coup porté à la banque suisse, déjà ébranlée par le scandale Greensill .


Trop lents à réagir

Les difficultés de Nomura et de Credit Suisse seraient liées au fait qu’ils ont été plus lents à réagir que les autres banques, notamment Goldman Sachs et Morgan Stanley.

Goldman Sachs estime que ses pertes liées à Archegos seront probablement négligeables. Les prêts de la banque new-yorkaise au fonds seraient entièrement garantis et Goldman a été parmi les premiers à réduire son exposition. La banque aurait abandonné la plupart de ses positions liées à Archegos.

Morgan Stanley, également « prime broker » d’Archegos, faisait partie des banques à la manoeuvre lors des ventes de blocs d’actions vendredi. Difficile de savoir, pour l’instant, si la banque a subi des pertes, Morgan Stanley se refusant à tout commentaire. Deutsche Bank a également été exposé à la liquidation d’Archegos, mais ses pertes devraient rester limitées.

La crise n’a eu jusqu’à présent qu’un impact limité sur les marchés financiers, mais les opérateurs restent sur le qui vive. Certains craignent même que la poursuite du débouclage des positions liées à Archegos n’entraîne un épisode « à la Lehman Brothers ». Les garde fous, plus nombreux aujourd’hui qu’à l’époque, devraient toutefois limiter les effets domino, font remarquer les professionnels.


Photo d’illustration : Les deux banques ont mis en garde contre des pertes importantes après la vente d’environ 20 milliards de dollars d’actions chinoises et américaines, leur client Archegos ayant été contraint de procéder à d’énormes débouclages de positions.

Marion Heilmann

Les Échos

29 mars 2021