Nimes, le 21 mai 2016. Marche oragnisee par la confederation paysanne a l'occasion de la journee de mobilisation mondiale contre monsanto, les pesticides, les OGM, l'utilisation du glyphosate et pour la transparence alimentaire et la protection de la sante. Cette marche a conduit les manifestants jusqu'au siege de Monsanto ˆ Nimes. March Against Monsanto in Nimes , Saturday, May 21, 2016. European Union countries on Thursday again delayed a vote on whether to renew the sales authorization of glyphosate, the active ingredient in Monsanto's popular herbicide Roundup, amid conflicting scientific assessments on whether the substance causes cancer in humans.//LODIFRANCK_lodi008/Credit:LODI FRANCK/SIPA/1605230856


Encore une chance supplémentaire saisie par la commission européenne pour empoisonner ses peuples. Rien de mieux que les OGM pour stériliser en masse et faire exploser les taux de cancer mais shuuut ! faut pas trop le dire sinon on vous accusera de complotisme… Pour passer le temps, vous pouvez revoir l’excellent documentaire de Marie-Monique Robin, Le monde selon Monsanto, ci-dessous :



Appelé « Roundup Ready 2Xtend », ce soja peut notamment résister à certains herbicides comme le Dicamba.    

Le groupe de biotechnologies américain Monsanto a annoncé, vendredi 22 juillet, avoir reçu l’agrément de l’Union européenne pour y commercialiser une variété de soja génétiquement modifié. Appelé « Roundup Ready 2Xtend », ce soja peut notamment résister à certains herbicides comme le Dicamba, un produit chimique dérivé de l’acide benzoïque. Monsanto a rappelé qu’il avait déjà reçu l’agrément des autorités chinoises en février ainsi que celui de celles du Canada. L’agence de protection de l’environnement américaine (EPA) effectue actuellement les derniers tests avant de donner son autorisation d’ici l’automne à cet herbicide, ce qui permettrait son utilisation en Amérique du nord pour la récolte de soja 2017, a souligné Monsanto. L’autorisation européenne concerne l’importation et l’utilisation du produit dans la chaîne alimentaire mais non sa culture, a précisé Monsanto, qui symbolise les dérives de l’industrie agricole pour la plupart des ONG environnementalistes.

Challenges / AFP