Le problème ce n’est pas l’erreur médicale qui est humaine mais bien quand toute une structure se met contre les patients, en l’occurrence les victimes dans ces cas précis, pour cacher la vérité et la travestir. Quand les médecins et administrateurs des hôpitaux se transforment en voyous : destruction de dossiers, faux témoignages… on peut estimer que c’est la fin du bal.