La philosophie est la servante de la théologie, écrivait l’écossais Robert Baronius au XVIIe siècle. C’est vrai. Y a-t-il de l’être impérissable derrière le périssable ? Y a-t-il de l’immuable ? Ces questions philosophiques servent la théologie depuis toujours. Je dirais même que toutes les questions philosophiques se sont toujours adressées et ne s’adresseront jamais qu’à la théologie, comme pour préciser son message immémorial : Dieu est l’être, immuable et impérissable, Il est pure et éternelle dispensation d’amour, sans effort, et cette pure dispensation dessine des formes, des formes d’existence, périssables.