« Autrui est l’expression d’un monde possible », disait Sartre. C’est vrai. Et Dieu est l’expression d’une vie possible, et quelle vie ! La vie éternelle… La vie souveraine au plus profond de nous, la vie qui ne désire rien puisqu’elle a tout, l’éternité ; la vie qu’on ne sait plus écouter, trop habitué à écouter nos désirs. La vie des désirs est la déchéance de la vie. Il faut bien voir que la chute originelle n’était pas une chute mais une montée, une montée vertigineuse de l’orgueil, de l’amour de soi, l’amour de son image… À l’inverse, le retour à la vie éternelle, l’élévation morale, est un abaissement, une chute dans l’humilité, dans l’amour d’autrui, dans le don désintéressé de soi ; parce qu’il y a aussi le don intéressé de soi,…