Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Géopolitique

La Guerre en Europe, par Pierre Dortiguier 

Pour qu’il y ait une guerre, en dessiner les formes et spéculer sur son issue, il faut un front, et celui-ci se dessine en effet, aux limites de l’Allemagne actuelle et au cœur de l’ancien territoire des dits Impériaux, d’où jaillit, il y a quatre siècle, l’étincelle de la Guerre de Trente Ans qui fera la fortune financière de Prague ; elle est déduisible d’une projection publiée par le fameux « hongrois » américanisé, George Friedman, qui dirigea l’institut Stratfor de renseignement texan et dans un ouvrage ancien de quelques années, publie sa vision du siècle, à savoir d’une Europe centrale affermie, dont la Pologne ou plus exactement la « bloc polonais » incluant la Roumanie, serait la citadelle renforcée, dominant l’Europe actuelle, Pologne ayant conservé, il va de soi, les territoires allemands silésiens annexés, dans des violences et des spoliations démocratiques, comme il se vit à la même période au Proche Orient !

Géopolitique

Le danger terroriste, par Pierre Dortiguier 

Nous désignons sous ce terme la dynastie saoudienne, et non la part honnête de son peuple dont nous vîmes les pèlerins au sanctuaire de l’Imam Reza, ni la grande masse d’esclaves en grande partie asiatique. Nous n’évoquerons point le lieu sacré de la Mecque qui est celui du sang de nombreux fidèles morts des suites de la politique répressive et du mépris dans lequel le pouvoir mis en place par les Britanniques tient les lieux mêmes. Cette ingérence britannique, à la Mecque même, date du XVIIIe siècle, et renouvelée par l’accord entre le wahhabisme qu’ils favorisèrent pour détruire les deux Empires ottomans et perses, pendant le Premier Conflit Mondial qui vit l’occupation de la cité sainte grâce aux canons britanniques débarqués !

Géopolitique

Le rôle de l’Arabie maudite, par Pierre Dortiguier 

Nous désignons sous ce terme la dynastie saoudienne, et non la part honnête de son peuple dont nous vîmes les pèlerins au sanctuaire de l’Imam Reza, ni la grande masse d’esclaves en grande partie asiatique. Nous n’évoquerons point le lieu sacré de la Mecque qui est celui du sang de nombreux fidèles morts des suites de la politique répressive et du mépris dans lequel le pouvoir mis en place par les Britanniques tient les lieux mêmes. Cette ingérence britannique, à la Mecque même, date du XVIIIe siècle, et renouvelée par l’accord entre le wahhabisme qu’ils favorisèrent pour détruire les deux Empires ottomans et perses, pendant le Premier Conflit Mondial qui vit l’occupation de la cité sainte grâce aux canons britanniques débarqués !

Lectures

À propos des « Manipulations historiques », par Pierre Dortiguier 

L’homme d’esprit qu’est le prolixe auteur messin, aussi aristocrate que proprement dilettante, et me rappelle mes camarades pointilleux de l’École parisienne des Chartes, Paul-Éric Blanrue, commence l’éducation de sa descendance par un évanouissement des fantômes dont on peuplait notre histoire nationale, et en enquêteur – que l’on dit en grec historien – nous a réveillé le souvenir de ce bon mot de Kant à l’adresse de nos compatriotes, d’aimer les anecdotes et d’en semer leur Histoire, qui n’ont que le malheur d’être souvent fausses. Le philosophe prussien, qui enseignait plusieurs disciplines, dont l’anthropologie et la géographie se montrait sévère envers le peuple français qu’il jugeait indigne d’être gouverné après avoir voté la mort du Roi, en désacralisant ainsi l’exécutif. Pareil sentiment devait animer le comte de Chambord en refusant d’être le roi de la révolution, c’est-à-dire d’accepter de perdre la tête pour maintenir un fantôme d’État.

Géopolitique

Le refus du président iranien, par Pierre Dortiguier 

Parler, c’est se comprendre, ou du moins saisir une humanité derrière une mécanique, ou ce facteur de révolution qu’est l’administration, selon la belle formule du comte Gobineau à son collègue orientaliste et diplomate germano-autrichien, comte Prokesch-Osten. Le refus de le faire est compréhensible chez un individu attaché au point d’honneur, il l’est moins chez le porteur d’un destin national et d’une société, d’un État « plein du passé et gros de l’avenir », pour reprendre une expression française d’un autre diplomate et juriste allemand, le philosophe et savant baron de Leibniz !

Géopolitique

Une troisième guerre de Trente Ans, par Pierre Dortiguier 

Bis repetita placent, est un dicton latin, et en effet la répétition plaît à ceux qui vivent de la terreur et du sang versé, en exploitant les angoisses humaines, tant de l’âme que de l’esprit et du corp ! Particulièrement au centre de l’Europe, quand las des guerres civiles dans leur propre camp, les loups de la démocratie et les renards des fausses religions et des loges se précipitent sur le peuple le moins par nature enclin aux déchirements, et luttes intestines. De Gaulle, dont le père enseignait de la philosophie et fut lui-même bon germaniste, comme en témoignent ses discours, notamment devant les élèves-officiers sarrois, le savait, en reprenant la formule de l’ignoble alcoolique et secrétaire aux colonies, Churchill qualifiant le dernier conflit mondial de seconde guerre de Trente Ans…