Même si la régularisation est accordée, cette députée LREM aura quand même profité de la situation du fait accompli. Car rien ne dit que cette bande de terrain spoliée, d’un mètre de largeur, lui aurait été cédée sans cette machination. Ah ces politiques vertueux… Ce sont ces gens qui passent quotidiennement à la télé pour vous faire la morale et vous expliquer comment vous devez vous comporter dans la vie !


« Le Canard enchaîné » révélait ce 6 novembre, que la députée LREM du Gard, Françoise Dumas, avait réalisé une piscine sans autorisation de travaux et en mordant sur une parcelle municipale.

La parlementaire se défend.

Françoise Dumas a réagi hier après les révélations du « Canard enchaîné » du 6 novembre. L’hebdomadaire a révélé que la députée LREM avait réalisé une piscine sans autorisation de travaux et en mordant sur une parcelle municipale.

Manque de vigilance mais aucune intention frauduleuse

L’élue confie avoir « manqué de vigilance » mais exclut toute intention frauduleuse. Elle indique avoir déposé une déclaration préalable de travaux en mars 2012. Mais elle assure ne pas avoir pris connaissance du courrier de la mairie de Nîmes qui lui oppose un refus.

« Je n’ai pas reçu la lettre recommandée ou je ne l’ai pas retirée »

« À l’époque, j’étais en pleine campagne des législatives, je n’étais pas en mesure de m’occuper de cela. Je n’ai pas reçu la lettre recommandée ou je ne l’ai pas retirée. Je ne me suis occupée ni du dossier administratif ni de la construction » tout en ajoutant qu’un membre de sa famille devait superviser ces aspects…

La députée assure avoir mis en œuvre une régularisation de la situation

Les travaux de la piscine ont par ailleurs empiété sur le domaine de la Ville. « Oui d’environ un mètre. C’était une maison avec un terrain que j’ai acquis en 1995. Il y a effectivement une parcelle « réservée » par la commune et qui doit servir en théorie à créer un réservoir d’eau car elle se situe sur un point sur une colline.

Tout cela intervient après des découpages de terrains (après des ventes) qui à l’époque n’ont pas fait l’objet de bornage, explique la députée. Elle assure avoir mis en œuvre une régularisation de la situation après avoir fait borner son terrain. L’élue plaide la bonne foi et indique qu’elle projette d’acquérir la parcelle nécessaire à la régularisation. Le conseil municipal du 16 novembre doit examiner cette vente.


Photo d’illustration : Françoise Dumas a réagi après les révélations du « Canard enchaîné » du 6 novembre.MIDI LIBRE – NASSIRA BELMEKKI

HOCINE ROUAGDIA

Midi Libre

7 novembre 2019