(CAIA IMAGE / SCIENCE PHOTO LIBRARY / NEW / AFP)

On le sait depuis déjà un bon moment puisque nous avons largement contribué à la promotion de l’excellent ouvrage de Monsieur Michel Desmurget, TV Lobotomie. Il est essentiel que les gens comprennent vraiment que les enfants ne doivent pas approcher les écrans, quels qu’ils soient, aussi bien la télévision que les tablettes ou les smartphones. Sans oublier bien sûr les problèmes liés à la lumière bleue dont on a déjà expliqué il y a quelques jours à peine, la dangerosité pour la rétine. .

Il est vrai que c’est compliqué, voire très compliqué étant donné l’omniprésence des écrans dans notre environnement, mais ce n’est pas négociable. Les livres sont 100 fois moins chers et mille fois plus utiles pour la croissance et le développement cérébral des tout-petits. Ceci est d’ailleurs aussi valable pour les adultes car ils s’exposeraient à une accélération de la survenue de maladies neurodégénératives.


Les enfants qui se confrontent plus de deux heures par jour aux écrans ont de moins bonnes capacités cognitives que les autres, selon une étude publiée le 27 septembre 2018 dans « The Lancet ».  

Les enfants qui passent plus de deux heures par jour sur les écrans ont de moins bonnes capacités cognitives que ceux dont l’exposition est plus limitée, constate une étude, publiée jeudi 27 septembre, dans la revue britannique The Lancet, Child and Adolescent Health (en anglais). L’étude, conduite par des chercheurs canadiens, a porté sur 4 520 enfants de 8 à 11 ans, sur 20 sites à travers les Etats-Unis.

En moyenne, ces enfants passaient 3,6 heures par jour scotchés sur un écran, que ce soit sur un téléphone portable, une tablette, un ordinateur ou une télévision, soit au-delà des recommandations canadiennes préconisant moins de 2 heures d’écran, 9 à 11 heures de sommeil et au moins une heure d’activité physique par jour.

Seuls 18% des enfants sondés pratiquent une heure d’activité physique par jour

Après des tests cognitifs portant sur le langage, la mémoire, la réactivité, la concentration, etc., l’étude relève un lien très net entre le temps passé sur les écrans, le sommeil et les performances des enfants. Sur les trois critères (sommeil, écran et activité physique) le temps passé à dormir et l’exposition aux écrans sont les plus directement liés aux facultés intellectuelles des enfants. Tandis que l’activité physique à elle seule n’a pas d’impact sur la capacité cognitive, tout en étant le facteur le plus important pour une bonne santé physique de l’enfant.

Sur la totalité des enfants participant à l’enquête, seulement un petit Américain sur 20 (5%) coche les trois cases des recommandations canadiennes. Presque un sur trois (29%) n’en remplit aucune : sommeil suffisant, temps d’écran limité et activité physique. La moitié seulement (51%) des enfants dorment suffisamment, 37% passent moins de 2 heures sur les écrans et 18% seulement pratiquent une heure d’activité physique par jour, selon les questionnaires remplis par les familles.


avatar franceinfo / AFP