collard_victoire_2022
Gilbert Collard est l’un des deux seuls députés du Rassemblement Bleu Marine à l’Assemblée nationale.

Une belle bande de losers, ces marinistes. Voici que Me Collard vient nous expliquer que c’est pour 2022. Il fait partie de ceux qui veulent changer toute l’arrière boutique du FN, le nom, les cadres,… sauf que cette stratégie ne fera que faire perdre des voix au parti historique qui finira scindé en 2. La mission de Me Collard est bientôt achevée et avec succès, le FN va imploser dans les semaines qui viennent après la future défaite cinglante aux législatives.


Gilbert Collard, député (Rassemblement Bleu Marine) du Gard, estime que la défaite de sa candidate dimanche soir au second tour ne signifie pas pour autant une défaite pour elle.

Il soutient l’idée de changer le nom du Front national.

Quel est votre premier sentiment après la défaite de votre candidate ?
GILBERT COLLARD. Il y a la réalité et le rêve de la réalité. La réalité me satisfait tout à fait : 33,94 %, ce n’est pas si mal finalement. Mais elle ne correspond pas à mon rêve, qui aurait fait que l’on fasse 95 %. On a toujours le droit de nourrir des rêves… Du reste, M. Macron va très vite se rendre compte que nourrir des rêves, ce n’est pas nourrir le peuple.

Qu’avez-vous envie de lui dire après sa victoire ?
Faites du bon boulot et on vous soutiendra !

C’est du second degré ?
Pas du tout. Si vraiment il défend le pays et les Français, il m’aura à ses côtés. S’il ne le fait pas, ce que je crains, ce sera non.

Vous avez quand même des motifs de satisfaction ?
Bien sûr ! J’avais dit que si on était au-delà de 30 %, compte tenu de la coalition de tout le système contre nous, ça serait quand même une belle satisfaction. Quand je vois le résultat de ce second tour, et ces 10 millions de voix, cela veut dire que, dans les soubassements de la société française, il y a un électorat qui nous est acquis. Nous avons un potentiel énorme.

Pas du tout de regret dans la stratégie ?

L’autocritique, on la fera, mais plus tard. Personne n’est parfait. M. Mitterrand a bien perdu deux présidentielles avant de gagner… Emmanuel Macron a menti pendant cette campagne. Les Français vont vite s’en rendre compte et ils viendront ensuite vers nous.

Vous la voyez donc gagner en 2022 ?
C’est une évidence !

Pourquoi cette certitude ?
Nos résultats prouvent deux choses : d’abord, Marine Le Pen est la première femme politique du monde postmoderne à avoir ébranlé le système, qui finira, je le prédis, en quenouille. Ensuite, le Front national vient d’accueillir des électeurs qui n’appartenaient pas au Front national. Nous avons maintenant le devoir de les accueillir car ils en amèneront d’autres par la suite.



C’est tout le sens de cette nouvelle formation politique qui devrait naître sur les cendres du FN, comme elle l’a annoncé dimanche soir ?
Cela fait déjà longtemps que je suggère que l’on change de nom. Il faut dépasser la marque Front national. Une page se tourne. Notre formation politique entre dans une nouvelle époque.

Ça ne va pas plaire à Jean-Marie Le Pen ?
Ça, je m’en fous !

Quelles sont vos ambitions aux législatives ?
Forcément plus de […]


Olivier Beaumont – Le Parisien