PPDA


Selon « Closer », le journaliste a été entendu au 36, Quai des Orfèvres par la brigade financière dans le cadre de l’affaire Aristophil.   

Patrick Poivre d’Arvor se retrouve dans le viseur de la justice. L’ancien présentateur de TF1 a été placé en garde à vue, ce mercredi, après avoir été auditionné par la brigade financière du 36, Quai des Orfèvres, révèle Closer. Selon le agazine, les enquêteurs l’ont entendu dans le cadre de l’enquête menée sur les agissements d’Aristophil. Fondée en 1990, cette société proposait aux épargnants de placer leur argent dans des lettres historiques ou des manuscrits auteurs célèbres. Mais depuis un an, la justice soupçonne l’entreprise de fraude.
Un prêt de 400 000 euros 
En mars dernier, Gérard Lhéritier, le patron de la société, avait d’ailleurs été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, suspecté d’avoir arnaqué plusieurs milliers d’investisseurs. La justice suspecte un système à la Madoff où les apports des « entrants » servaient à payer ceux qui souhaitaient récupérer leur mise. Aristophil a depuis été placée en liquidation judiciaire. PPDA a lui été questionné « sur un prêt de 400 000 euros qui lui aurait été consenti par la société », explique Closer, qui précise que ce prêt n’a jamais été remboursé. Coïncidence ou non, le journaliste était considéré comme l’« inamovible parrain d’Aristophil » et était « toujours prêt à monter sur une estrade pour vanter les mérites de Gérard Lhéritier », relatait L’Express en mars dernier. La garde à vue de Patrick Poivre d’Arvor a été levée en fin d’après-midi. Le journaliste est reparti sans avoir été déféré devant un juge.
Le Point.fr