Après avoir suivi cet entretien avec Monsieur Jean-Baptiste Rivoire, il est extrêmement réconfortant de voir qu’il existe encore, en France, des hommes debout. Il semble ne pas manquer de courage. Ces révélations sont explosives et devraient faire réagir absolument tout le monde puisqu’il n’est pas question seulement de censure de sujets mais également de diffusion de documentaires commandés par les régimes africains corrompus. « Quand l’argent parle, la vérité se tait ! » C’est un proverbe, une sagesse populaire africaine ! Ils s’estiment tellement puissants qu’ils piétinent les lois et notamment celle de 1986 qui sépare l’actionnaire de la rédaction. Des responsables sous la botte de Vincent Bolloré vont jusqu’à se parjurer à l’Assemblée nationale en affirmant qu’il n’y a jamais eu de censure sur Canal+ ! Il semble que le parjure soit devenu un sport national dans ces milieux corrompus et décadents.

Pire que tout, selon Monsieur Jean-Baptiste Rivoire, le silence du CSA concernant cette affaire de censure et d’ingérence d’un actionnaire sur une chaîne nationale est extrêmement préoccupant. Alors qu’ils sont prompts à prendre des décisions sévères pour une mauvaise blague, il n’y a plus personne dès qu’il s’agit de garantir la liberté d’information en France.


Quand Bolloré veut faire taire les médias

Mis en examen mercredi 25 avril pour des soupçons de corruption, quelles sont les pratiques instaurées par Vincent Bolloré à CANAL + ?

Entretien avec Jean-Baptiste Rivoire, journaliste à CANAL +.

Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement


Mediapart