7777028754_000-par2038362


C’est ce qui arrive quand le sport devient politique ou tout simplement quand il y a trop d’argent dans un domaine quel qu’il soit. Attention, ces magouilles et tricheries sont également présentes en masse en Occident : tour de France, foot, natation, athlétisme… Ce n’est plus du sport, c’est de la triche généralisée.


Le rapport McLaren, rendu public vendredi à Londres, met en avant un dopage de masse chez les sportifs russes, orchestré par les autorités de Moscou.  

Jusqu’où les autorités russes sont-elles impliquées dans le scandale de dopage qui secoue les Jeux olympiques ? Dans son rapport final, présenté vendredi 9 décembre à Londres, le juriste canadien Richard McLaren donne des réponses. Et les résultats sont sans appel. « De fortes preuves d’un dopage institutionnalisé entre 2011 et 2015″, concernant plus de 1000 sportifs russes dans plus de 30 sports, ont été trouvées lors de ses investigations.

Des manipulations étatiques détectées pour les « Jeux olympiques de Londres en 2012, aux Universiades de 2013, aux championnats du monde d’athlétisme 2013 à Moscou, et aux Jeux d’hiver à Sotchi en 2014 », a déclaré Richard McLaren. Des révélations qui confirment le premier volet du rapport, divulgué en juillet. Il avait mis au jour une tricherie spécifique pour les JO d’hiver de 2014, organisés à Sotchi, en Russie.

Du sel et du Nescafé ajoutés dans l’urine

Les découvertes faites par l’équipe McLaren révèlent des procédés oscillant entre professionnalisme et méthodes artisanales. « Du sel et du Nescafé ont ainsi été ajoutés dans les échantillons urinaires » pour fausser les résultats, a indiqué Richard McLaren.

Cette démarche institutionnelle de triche s’inscrivait dans une stratégie d’État, notamment pour les Jeux olympiques d’hiver de 2014.

« Cela visait à assurer à la Russie, le pays hôte, qu’elle pourrait décrocher le plus de médailles possible en permettant à ses meilleurs sportifs prétendant à une médaille de se doper et, parfois, dans certains cas, y compris pendant les Jeux », a encore développé le juriste canadien.

France TV Info  / AFP