Pourtant Amazon vend un nombre incalculable d’articles pour femmes enceintes et nourrissons prenant l’apparence d’une entreprise qui s’intéresse à leur confort, mais apparemment pas quand les femmes enceintes sont salariées chez elle ! Ces dérives de plus en plus nombreuses se multiplient dans les grandes entreprises et aucune autorité ne semble assez forte et déterminée pour les faire cesser.


La qualité de vie des employés d’Amazon n’est plus à présenter, tant l’entreprise se fait régulièrement épingler.

Des mauvaises pratiques au surcontrôle et l’optimisation du moindre déplacement, l’Homme est en passe de robotisation dans les entrepôts. Mais les femmes enceintes peuvent également craindre pour leur emploi…

Au cours des huit dernières années, l’entreprise de Jeff Bezos a fait face à sept poursuites menées par des femmes, pour qui leur résiliation de contrat était injustifiée. Ou du moins, leur grossesse n’aurait pas dû autoriser à la firme de les renvoyer.

Trop de temps perdu


Dans une enquête menée par CNET, on apprend en effet que plusieurs travailleuses ont été tout bonnement licenciées pour avoir simplement reconnu qu’elles étaient enceintes. L’une d’entre elles atteste que son responsable lui reprochait des pauses toilettes plus longues, ou encore des retards cumulés — et que sa grossesse ne saurait servir d’excuse.

Une autre, également enceinte, consulte son médecin pour une grippe, lequel lui recommande trois jours de congés : les ressources humaines d’Amazon refusent le mot du docteur, et la femme se retrouve licenciée quatre jours plus tard.

Une troisième indique charitablement à ses responsables qu’elle ne sera pas en mesure de porter des charges lourdes ni de réaliser des mouvements physiques trop importants. Non seulement ses demandes furent ignorées, mais elle fut renvoyée deux mois plus tard, relève sa plainte, suite à une forte fièvre.


Larmes de crocodiles

Comme d’habitude, l’entreprise nie en bloc, et jure ses grands dieux qu’elle prend un soin tout particulier de ses employés, « pour répondre à leurs besoins médicaux, y compris ceux liés à la grossesse. Nous aidons également les nouveaux parents en proposant diverses prestations de congé maternité et parental ».
Encore faut-il parvenir jusque là et survivre à l’entreprise.
Par ailleurs, c’est aussi l’occasion rêvée pour Amazon de défendre sa politique d’emploi : en effet, « les salariés sont le cœur et l’âme de nos opérations », s’excuse-t-on. Et ils ne sont pas mal traités, bien au contraire, ils aident à traiter les demandes « plus rapidement et plus efficacement, non pas en travaillant plus fort mais en travaillant plus intelligemment, en se basant sur des décennies d’innovation et d’amélioration des processus ».

De robotisation, en effet, le terme se comprend bien, car les travailleurs, sur exigence améliorée et optimisée de leur patron, peuvent aller jusqu’à emballer 125 articles par heure pour répondre aux besoins. Or, le rapport déposé devant le juge précise que « les travailleuses enceintes ont un rendement qui diminue, parce qu’elles vont plus souvent aux toilettes ».

L’impossible rentabilité de la grossesse

Reste que sept procès ont été intentés au plus important employeur des États-Unis, tous partant de ce que les pauses-pipi des femmes enceintes ne convenaient pas aux impératifs de rentabilité. De fait, un logiciel supervise les actions du personnel : si sous cinq minutes, une tâche n’a pas été effectuée, le programme en réfère à un superviseur.

Une place en crèche, le calvaire des autrices

Courir pour se rendre aux w.c. lors de sa grossesse pour maintenir le rythme de productivité — et bientôt accoucher entre deux cartons ?

« Nous sommes déterminés à nous améliorer continuellement et réviser régulièrement nos processus afin de garantir un soutien complet aux employés en recherche de mesures d’adaptation, qu’ils soient enceintes ou non », promet l’entreprise.

Ajoutons que dans le cadre de l’enquête menée par CNET, Walmart est cité pour avoir été accusé de discrimination, dans le même cas de figure.


Photo d’illustration : chaussures livrées par Amazon ? Meagan, CC BY 2.0

Nicolas Gary

ActuaLitté