Certains cantons suisses sont déjà en train d’utiliser la chloroquine contre l’infection du Coronavirus. Le nombre de pays dans le monde utilisant cette molécule ne cesse de croître.


Coronavirus – Le médicament antipaludique Plaquenil est porteur d’espoir mais prudence : son efficacité n’est pas prouvée.

Le CHUV administre de la chloroquine à certains patients infectés par le coronavirus avec des problèmes respiratoire sévères. De l’hydroxychloroquine, plus précisément, un dérivé commercialisé sous le nom de Plaquenil. Ce médicament fait partie de l’arsenal thérapeutique utilisé en ce moment par l’hôpital vaudois avec le Kaletra (antiviral utilisé à une époque contre le VIH) et le Remdesivir (antiviral utilisé pour traiter Ebola).

« On voit des effets bénéfiques chez certains patients, mais on n’a pas encore assez de recul pour s’exprimer sur l’efficacité de ces traitements », rapporte le DrOriol Manuel, médecin adjoint au Service des maladies infectieuses du CHUV.

Remède miracle ?

Ils ne sont pas indiqués pour tout le monde. «Nous examinons le rapport risque-bénéfice pour chaque patient. A-t-il d’autres maladies ? Y a-t-il un risque d’interaction avec d’autres médicaments ? La règle, c’est de ne surtout pas causer de tort. » Prudence, donc, d’autant que la chloroquine a des effets secondaires importants et peut être toxique, pour le cœur notamment.

Utilisée à la base contre le paludisme, cette molécule fait l’objet d’une quinzaine d’études pour le traitement ou la prévention des infections aux SARS-CoV-2, notamment en Chine, en Angleterre et en Thaïlande.

Le 16 mars, le professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection, à Marseille, donnait les résultats préliminaires encourageants d’une étude menée sur 24 malades. Au bout de six jours de traitement, ceux qui n’ont pas reçu le Plaquenil sont encore porteurs à 90% du coronavirus, tandis qu’ils sont 25% à être positifs pour ceux qui ont reçu le traitement. Dans la foulée, le géant pharmaceutique Sanofi s’engageait à offrir plusieurs millions de doses pour traiter 300’000 patients si l’efficacité du Plaquenil devait être confirmée.


Marie Nicollier

24 heures [Suisse]

20 mars 2020