Chroniques-Dortiguier


Tariq Ramadan illusionniste-Dortiguier-LLP


Tariq Ramadan illusionniste


Dans le discours de Bruxelles tenu à l’adresse des Européens, l' »intellectuel » connu et plus soucieux, nous semble-t-il, de publicité que de vérité, et vraisemblablement lié à l’organisation de la Fraternité Musulmane montée par l’Angleterre impérialiste entre les deux guerres pour entraver, par une propagande religieuse superficielle agissant sur les sens et non sur l’esprit logique, le patriotisme oriental, arabe ou autre, en débordant sur l’Afrique, comme la guerre récente d’invasion de la Libye, par un accord préalable entre la Fraternité, les prétendus États du Golfe, l’Arabie et le consortium franco-anglais, y détruisant un système social convenable et le germe d’une politique indépendante africaine, l’a montré.

Il apparaît que ce discours est une culpabilisation des Européens, en ces termes : la lutte des deux à trois cent mille mercenaires de Daesch serait une conséquence de crimes commis en Afghanistan, Mésopotamie et Libye, alors que ces crimes ont été prémédités par ceux mêmes qui arment le terrorisme pour renverser les États que visaient justement la Fraternité en question, dont, du reste, le site du Libre-Penseur, a récemment montré qu’elle sortait comme un Antéchrist de quelque loge égyptienne importée par l’Angleterre.

En fait, les attentats parisiens et bruxellois sont une suite de l’offensive contre l’Afghanistan et l’Irak, et accompagnent la destruction de la Syrie et de la Libye, la ruine du projet d’union africaine, bref  le mouvement d’un corps dont la tête est visible, sauf à Tariq Ramadan, qui donjuanise !

Il y a, dans ces paroles ramadaniennes, un poison distillé pour faire entendre une justification de la stratégie golfienne et apparentée, afin de neutraliser dans la conscience des fidèles musulmans et des chrétiens perpétuellement en mutation et ayant peur de s’afficher comme tels, et qui veut non pas que l’on approuve la conduite de ce Califat au drapeau hollywoodien, semblant un remake de Lawrence, ou de la mobilisation du wahhabisme par le résident Mac Mahon au Caire, il y a un siècle, mais que l’on culpabilise ceux qui pourraient protester contre les bourreaux de la Syrie, ce dernier terme incluant la Palestine et le Liban. Que l’Europe accepte le massacre par les Frères Musulmans des patriotes, des nationalistes dans le sillage du Sheikh Arzlan et de Nasser, et elle se conduira alors avec la même attitude qui a permis à Churchill de lancer, selon ses propres termes, la treizième croisade contre la cohésion de l’Empire ottoman. Il s’agit maintenant pour ces forces toujours belliqueuses, comme des pirates en opération, non pas de bâtir un ordre nouveau ou de restaurer un ancien qui n’a jamais existé et demeure utopique, mais de poursuivre la dislocation des ethnies et des peuples. Ceci a conduit à des situations intenables en Europe, après la Première Guerre et appelant une suite marquée par le triomphe du dollar ! Pourquoi Tariq Ramadan ne dénonce-t-il pas ce processus ? Pourquoi ne dit-il pas à ses auditeurs musulmans aussi naïfs qu’un Philippe de Villiers prétendant tenir dans ses mains un anneau de Jeanne d’Arc, abusé par une fausse histoire, que la responsabilité de l’agression de l’Afghanistan revient au wahhabite, au doctrinaire « frankiste » Brezinski, au groupe sabataïste qui a pris possession du pouvoir en Turquie et sans lequel la marée de Daesch refluerait, après avoir occupé l’Irak, comme on doit savoir, avec du matériel neuf venu d’Ukraine par la Turquie.
Non, pour conserver ses entrées dans les clubs de Sa Majesté britannique, protectrice des Musulmans destructeurs de leur patrie et bien sûr qui s’abstiennent d’alcool pour se droguer afin de supporter le carnage qu’ils organisent, notre orateur prétend de Bruxelles, sous la protection de frères bien particuliers que tout un chacun sait reconnaître, intimider les uns, abuser les autres, fleurir par la sève des demi-vérités. Qu’il songe à cette formule de Schiller que l’histoire du monde est le tribunal du monde, et il aura alors le même visage dans le musée de cire des mortels que le Lawrence mercenaire tombé de sa moto, avec l’aide de l’Intelligence Service, pour s’être réveillé trop tard !