Voici ce qui se passe en France en 2020 ! Alors que l’état corrompu est incapable d’importer des masques de protection, il ose harceler des chefs d’entreprises compétents qui, eux, arrivent à en avoir !


Philippe Pécheu, basé à Saint-Quay-Perros (Côtes-d’Armor) a acheté des masques en Chine où il disposait d’un réseau, pour les revendre à prix coûtant aux professionnels de santé de son secteur.

À la suite d’une plainte, le parquet a ouvert une enquête.

« J’ai voulu rendre service et on me traite comme un délinquant ! » Philippe Pécheu est désabusé. Ce chef d’entreprise de Saint-Quay-Perros (Côtes-d’Armor) a reçu la visite mercredi de gendarmes venus saisir 850 masques KN95 (l’équivalent de FFP2).

À la suite d’une plainte, le parquet a ouvert une enquête. « J’ai acheté ces produits auprès de fournisseurs chinois et je les ai revendus à prix coûtant aux professionnels de santé et d’aide à domicile du coin sans faire le moindre bénéfice », se défend le Costarmoricain.

Tout est parti d’une discussion avec un de ses amis policiers en région parisienne qui déplorait le manque de masques. Or, Philippe, grâce à son entreprise de baignoires balnéo, est régulièrement en contact…

Photo d’illustration : Philippe Pécheu, chef d’entreprise de Saint-Quay-Perros (Côtes-d’Armor) est régulièrement en contact avec des usines chinoises. PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Dylan Le Mee

Solenne Durox

Le Parisien

3 avril 2020